Contrôles au faciès 2

Le ministre algérien Hamid Grine a dénoncé un traitement « inacceptable » après avoir fait l’objet d’un contrôle poussé à l’aéroport d’Orly.

Malgré ses protestations et son passeport diplomatique, censé lui éviter ce genre de désagréments, Hamid Grine, le ministre algérien de la Communication, a dénoncé un traitement « inacceptable » après avoir fait l’objet d’un contrôle poussé, samedi, à l’aéroport d’Orly. Fouille au corps et passage de ses bagages au scanner, il s’agirait du troisième ministre algérien a être soumis à ce traitement, selon les médias algériens. Dimanche, les services de la diplomatie algérienne ont convoqué Bernard Émié,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents