Les élus corrompus aux petits oignons

Un amendement de loi a été discrètement glissé qui indigne les associations anticorruption.

« La fin des privilèges ». C’est ce que demandaient les milliers de personnes, ce dimanche 19 février, rassemblées dans plusieurs grandes villes de France pour lutter contre la corruption des élus. Sur Facebook, Vincent Galtier, simple citoyen, est à l’origine de ce mouvement. Place de la République, à Paris, où près de 3 000 personnes étaient réunies, il a assuré que « la massification du mouvement [était] nécessaire », avant d’annoncer un futur événement le week-end du 26 février. Un ras-le-bol général…

Il reste 81% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.