À la frontière italienne, la police hors-la-loi

À Menton, les autorités françaises falsifient la réalité pour refouler des mineurs isolés étrangers à la frontière italienne.

Depuis la terrasse du café La Grotta, Menton ressemble à une carte postale estivale. La mer bleue, le port, la montagne et aucun nuage à l’horizon en ce dernier jour du mois de mars. En scrutant le pont Saint-Louis, des silhouettes sombres se détachent du paysage. Têtes baissées, le pas lent, davantage courbées par le poids de la nuit passée que par le sac à dos qui transporte les bribes de leur jeune vie. À partir de 8 heures, les agents de la police aux frontières (PAF) laissent sortir les migrants…

Il reste 92% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

« Nous appelons Emmanuel Macron à rejeter toutes négociations commerciales avec Donald Trump »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents