Coco Em : Rythmes neufs

Figure montante de l’électro, l’artiste kényane Coco Em publie son excellent premier album.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Effet positif de la mondialisation ? L’Afrique de l’Est connaît en tout cas, depuis quelques années, une belle effervescence dans le domaine de la musique électronique, en particulier en Ouganda (avec le très créatif collectif Nyege Nyege) et au Kenya.

C’est précisément de ce dernier pays que vient Emma Nzioka. La jeune femme officie en tant que musicienne sous le pseudo Coco Em. Jouissant déjà d’une flatteuse réputation de DJ bien au-delà du continent africain, elle a effectué une prestation remarquée aux Transmusicales de Rennes en 2019. Elle révèle à présent ses talents de compositrice avec Kilumi, superbe premier album, qui paraît chez InFiné, fort recommandable label français sans frontières ni œillères.

« J’ai commencé à construire le projet au début de la pandémie, explique Coco Em. Kilumi est un condensé des sonorités qui m’ont permis de tenir durant cette période éprouvante. »

Conçu avec le soutien de Santuri East Africa, une association accompagnant les artistes d’Afrique de l’Est, le résultat – d’une durée de 25 minutes – se découpe en sept morceaux, deux instrumentaux et cinq agrémentés de parties vocales émanant de protagonistes de la scène musicale kényane (MC Sharon, Wuod Baba, Kalele, Janice Iche…).

Foisonnant et épuré à la fois, l’ensemble témoigne d’un remarquable sens de l’agencement rythmique et, sur des tempos plutôt lents, tend à susciter une forme de transe alanguie. Comme échappé d’une cérémonie tribale post-moderne, le dernier morceau, « Pasi », s’avère spécialement envoûtant. En parallèle de ses activités de musicienne, Coco Em a récemment lancé la structure Sim Sima, sise à Nairobi et destinée à favoriser le développement de nouveaux talents musicaux, en priorité des femmes.

Kilumi, Coco Em, InFiné.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.