Union des droites et de l’extrême droite : la jeunesse à l’œuvre

Ils n’ont même pas 30 ans pour certains, rêvent des plus hauts postes et veulent créer, à l’instar de plusieurs de leurs aînés, une alliance de LR au RN.

Daphné Deschamps  et  Lucas Sarafian  • 25 janvier 2023 abonné·es
Union des droites et de l’extrême droite : la jeunesse à l’œuvre
Manifestation de Génération identitaire contre sa dissolution. ()
© Photo by Nathan Laine / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP.

C’est un rêve qui naît rue des Canettes, dans le très aisé sixième arrondissement de Paris. Dans les années 2010, la jeunesse de toutes les droites, y compris la plus extrême, se fréquente. Jordan Bardella, président du Rassemblement national (RN) depuis 2022, et Sarah Knafo, bras droit d’Éric Zemmour, sont de ce petit milieu, tout comme Pierre Gentillet ou Alexandre Loubet. Deux noms moins connus.

À l’époque, Gentillet n’est pas cet avocat qui intervient régulièrement sur CNews. C’est un jeune militant de la Droite populaire, le courant du député UMP Thierry Mariani (maintenant rallié à Marine Le Pen) et du syndicat étudiant UNI. Il fera partie un peu plus tard des fondateurs de la Cocarde étudiante, un autre syndicat étudiant qui s’affranchit « de ces codes anciens, de ces “cordons sanitaires” puérils et insensés », selon une publication sur leur site. En réalité, il s’agit d’une organisation ouvertement d’extrême droite.

À ce moment-là, Loubet est patron des jeunes de Debout

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Publié dans le dossier
Le Pen : comment la déconstruire ?
Temps de lecture : 8 minutes