« La rémunération du travail des paysans est au cœur de la colère »

Laurence Marandola, porte-parole de la Confédération paysanne, revient sur la mobilisation aux revendications multiples du monde de l’agriculture, en France et en Europe. Pour elle, il faut dénoncer clairement l’ultralibéralisme et les politiques publiques mises en place.

Vanina Delmas  • 24 janvier 2024
Partager :
« La rémunération du travail des paysans est au cœur de la colère »
Blocage de la circulation sur la route départementale 137 entre Rennes et Saint-Malo pour protester contre la fiscalité et la baisse des revenus, près de Tinteniac le 24 janvier 2024.
© DAMIEN MEYER / AFP

La grogne est devenue colère. Depuis quelques semaines, les agriculteurs se révoltent dans plusieurs pays d’Europe : Pays-Bas, Roumanie, Pologne, Royaume-Uni, Allemagne… En France, des petits gestes de « ras-le-bol » sont apparus dès l’automne : les panneaux d’entrée de nombreuses villes étaient retournés, afin de montrer que, pour le monde agricole, « on marche sur la tête ». Cette initiative pour créer le buzz sans gêner a été lancée par la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) et les Jeunes Agriculteurs (JA) du Tarn, puis s’est propagée dans toutes les campagnes.

ZOOM : La Confédération paysanne rejoint le mouvement

La Confédération paysanne rejoint officiellement la mobilisation des paysan·nes. Le comité national a finalement décidé « d’appeler l’ensemble des structures départementales à exprimer leur solidarité au mouvement, à se mobiliser et à porter des solutions durables de sortie de crise et de système ». Deux mots d’ordre : un revenu digne et rompre avec le libre-échange . Le syndicat demande à ne pas se tromper de cible car « la demande de la majorité des agriculteurs et agricultrices qui manifestent est bien celle de vivre dignement de leur métier, pas de nier les enjeux de santé et de climat ». Des mobilisations sont déjà prévues dans plusieurs départements dès demain, notamment en Loire-Atlantique, dans le Var, le Rhône, le Calvados, ou encore dans les Pyrénées-Orientales.

La mobilisation s’est durcie mi-janvier, notamment en Occitanie avec le blocage de l’A64 par des centaines de tracteurs et de camions. La FNSEA a annoncé des actions dans près de 85 départements d’ici à la fin de cette semaine. Les raisons de la colère sont nombreuses et complexes : la hausse progressive de la fiscalité sur le gazole non routier (GNR), la flambée des coûts de production, la concurrence des importations ukrainiennes, le poids des démarches administratives… Et, pour certains, les nouvelles réglementations pour la protection de l’environnement ajoutent des difficultés dans leur quotidien.

Sur le même sujet : « Exclure la Confédération paysanne est inconcevable »

D’ailleurs, des bâtiments liés aux politiques écologiques ont été ciblés lors des mobilisations, comme la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) à Carcassonne, soufflée par une explosion. Des tags « CAV », le Comité d’action viticole, ont été retrouvés sur les murs. Pour Laurence Marandola, porte-parole du syndicat de la Confédération paysanne, la mobilisation massive pour réclamer un revenu décent et digne est légitime. Mais elle dénonce les tentatives de détournement des causes des difficultés des paysans pour dénigrer la transition écologique du monde agricole.

Pourquoi la colère du monde agricole surgit-elle aujourd’hui ?

Laurence Marandola : Cette colère apparaît publiquement depuis quelques jours mais ce n’est pas une surprise. On l’a vue venir depuis des mois. Même s’il y a beaucoup de revendications très différentes (difficultés sanitaires avec la maladie hémorragique épizootique qui touche les élevages bovins, la grippe aviaire, les conséquences des tempêtes, les normes…), il y a un dénominateur commun : la question du revenu et de la rémunération du travail des paysans. Nous sommes effectivement dans un contexte global marqué par des crises, des difficultés environnementales, géopolitiques, mais surtout économiques qui engendrent des inégalités.

Sur le même sujet : Pour une reprise en main collective des terres agricoles

Des décennies d’ultralibéralisation de l’agriculture et de l’alimentation ont affaibli la protection commerciale, la régulation des marchés. À chaque fois, le travail des paysans et le prix des produits sont la variable d’ajustement : 200 fermes disparaissent chaque semaine en France ! Derrière ce chiffre, ce sont des femmes et des hommes qui ont travaillé dur, toute leur vie, et qui se retrouvent condamnés à arrêter. Ces politiques d’ultralibéralisme s’accentuent et les livrent de plus en plus à une concurrence acharnée. Tous les matins, des agriculteurs dans notre pays s’agrandissent et absorbent la ferme de leur voisin. C’était presque écrit qu’on en arriverait là tôt ou tard, en France, en Europe, et probablement partout dans le monde.

Le travail des paysans et le prix des produits sont la variable d’ajustement.

La Confédération paysanne soutient-elle pleinement le mouvement des agriculteurs ?

Nous nous associons pleinement à cette colère pour dénoncer les difficultés des paysans. Mais nous estimons qu’il faut aussi regarder les choses en face avec beaucoup de courage, et dire clairement que ce sont les politiques économiques qui nous ont conduits à cette situation, que ce soit l’ultralibéralisme mais aussi les politiques publiques agricoles, qui ont largement favorisé des inégalités au sein du monde agricole. La PAC soutient fortement certaines filières, un type précis d’agriculture et en abandonne complètement d’autres. Par exemple, la filière fruits et légumes n’est pas du tout soutenue par les pouvoirs publics, alors qu’elle est très soumise aux aléas climatiques, et pas protégée des règles de la concurrence avec des importations massives européennes.

Sur le même sujet : Pourquoi la nouvelle PAC n’est pas à la hauteur

Toutes ces politiques ont été menées par les gouvernements français successifs, également en grande partie par l’Union européenne, et en forte connivence avec le syndicat majoritaire, la FNSEA. Pour corriger cela, il faut complètement infléchir notre vision de l’agriculture, et se décider enfin à protéger l’agriculture, ce qui signifie des mesures de protection du travail de nos paysans mais aussi de ceux des pays tiers, et pas un repli sur soi prôné par l’extrême droite.

La Confédération paysanne a été reçue à Matignon et au ministère de l’Agriculture. Quelles sont vos revendications ?

Tout d’abord, l’arrêt total des négociations autour des accords de libre-échange : celui toujours en négociation, le Mercosur, mais aussi revenir sur ceux qui viennent d’être souscrits, notamment celui avec la Nouvelle-Zélande, et ne pas ratifier le Ceta entre l’UE et le Canada. Cela montrerait une vraie volonté européenne d’arrêter de favoriser la concurrence, la compétitivité écrasante pour les paysans de tous les pays. Ensuite, nous demandons l’inscription dans la loi de l’interdiction d’achat en dessous du prix de revient. Le prix de revient représente les coûts de production, le prix de l’énergie – qui ont fortement augmenté – mais il doit aussi prendre en compte la rémunération de notre travail.

Sur le même sujet : L’installation des paysans, grande cause nationale

Il faut l’inscrire noir sur blanc, car on voit bien aujourd’hui l’incapacité du gouvernement à faire respecter les prix plancher, et les échecs des lois Egalim. Notre troisième point porte sur les normes. Il y a une confusion entre la simplification administrative et la suppression des normes. Simplifier le contrôle, la gestion des normes, c’est indispensable. Mais les normes garantissent aussi de la protection de notre santé, des sols, de l’eau, ainsi que de la protection sociale. Moins de normes n’engendrera pas nécessairement plus de revenus ! Nous réfutons le discours simpliste et populiste qui tente de faire croire qu’avec moins de normes, tout ira mieux.

Nous réfutons le discours simpliste et populiste qui tente de faire croire qu’avec moins de normes, tout ira mieux.

Pourtant, les premières voix se sont élevées contre les normes environnementales, françaises et européennes (le Pacte vert européen, l’obligation de zone des jachères, problèmes d’irrigation). Comment sortir de cette opposition délétère entre monde agricole et protection de l’environnement ?

Pour nous, ce discours est une forme d’instrumentalisation. Je pense que la FNSEA voulait réellement construire une mobilisation autour du sujet des normes et du rejet des contraintes environnementales. Je suis paysanne en Ariège, je vois très bien ce qu’il se passe dans cette région : les gens qui sont en tracteur parlent énormément de leurs revenus ! Donc ce n’est pas tout à fait le même discours que celui tenu par le patron de la FNSEA. On ne peut pas se dire : « Faisons d’abord en sorte d’avoir de bons revenus et ensuite on fera des normes. » Pour nous, il faut en même temps des normes adaptées et du revenu.

Sur le même sujet : « La nouvelle PAC est déjà obsolète »

Si on avait des prix corrects, je suis certaine que la majorité des paysans s’engageraient volontiers dans la transition écologique, à condition d’être accompagnés. On l’a vu récemment avec les mesures agroenvironnementales et climatiques ! Un engagement massif au printemps 2023 pour souscrire à ces mesures, pour faire ces transitions en étant accompagnés. Et ceux qui n’étaient pas au rendez-vous, c’étaient le gouvernement et le budget de la PAC.

La réaction politique au niveau français est-elle à la hauteur, selon vous ?

Les problèmes évoqués sont nombreux et très complexes, ce ne sera pas résolu en quelques jours. Par contre, le gouvernement peut envoyer rapidement des signaux forts, notamment sur le projet de loi sur l’installation des nouveaux agriculteurs qui a été reporté. Le texte était assez peu ambitieux et incomplet, donc nous espérons que cette décision permettra de revenir dessus sérieusement et rapidement. Nous sommes prêts à attendre six semaines si c’est pour y ajouter des mesures fortes sur la rémunération, sur le prix, sur le renouvellement des générations, sur l’accès au foncier. Je ne suis pas capable de dire jusqu’à quand les agriculteurs resteront dans la rue, mais si tout le monde devait rentrer chez lui sans rien, il est certain que des drames se joueront dans l’isolement des fermes, et la colère ressurgira tôt ou tard.

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Société Économie
Publié dans le dossier
Agriculture : sortie de crise ?
Temps de lecture : 8 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »
Entretien 28 février 2024 abonné·es

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »

Dans son livre Les Choses sérieuses, la sociologue Isabelle Clair enquête sur les amours adolescentes et examine la manière dont filles et garçons entrent en relation.
Par Hugo Boursier
Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta
Enquête 28 février 2024 abonné·es

Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta

Si les politiques publiques contre le harcèlement scolaire ont été renforcées, celles contre les agressions entre élèves demeurent confidentielles. Elles laissent les personnels dépourvus de cadre et les victimes souvent seules face à leur traumatisme.
Par Pierre Jequier-Zalc
Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier
À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier