blog /

Publié le 31 août 2016
Et si Macron …

Et si Macron …

… juste une hypothèse !

L'affaire est entendue : Macron est un traître et Hollande est cocu.

Le Président sortant a réchauffé un serpent en son sein. Que ne s'en est-il tenu, dans la distribution des postes, des grâces et des prébendes, à cet entourage éprouvé des vieux condisciples de la célèbre promotion Voltaire de l'ENA ? Pourquoi a-t-il cru habile d'aller chercher ce jeune loup atypique dans le milieu bancaire pour — d'évidence — le mettre en concurrence avec un Manuel Valls d'une ambition à bouffer la moquette et qu'il entendait bien tenir en lisière jusqu'à fin de son deuxième mandat (après, que le Catalan vive sa vie, ce ne sera plus son affaire) ?

On dit François Hollande sans affect.

Le lâchage d'un homme qui, pourtant, "sait ce qu'il lui doit", ne devrait donc pas le bouleverser outre mesure : il connaît trop les arcanes, les chausse-trappe et les vices d'une vie politique qu'il a parcouru de bout en bout pour en être chamboulé. Mais, d'évidence, la démission de son ministre de l'économie et sa probable candidature à l'élection suprême le laisse plus isolé et encore plus affaibli qu'il n'était déjà, réduit plus que jamais à la méthode Coué : “Ça va mieux !", répète-t-il dans son miroir en se rasant le matin et à chaque occasion de rencontre avec les Français — qu'il entend bien multiplier jusqu'au printemps prochain et décisif. Le ratissage électoral, il connaît mieux que personne.

Donc, le constat est général, dans le microcosme qui fait l'opinion : Macron, c'est Brutus ; et notre César de poche, déjà privé de "son aile gauche" (Montebourg, Hamon, Lienemann, Filoche), désormais amputé de "son aile droite", est condamné à se traîner sanglant sous les ors du Palais jusqu'à sa mort, désormais certaine. Un conseil, disent les bons apôtres : "Ne vous représentez pas !"

Et si l'on se trompait ?

Si, tout au contraire, Emmanuel Macron, fidèle comme le housard du général Hugo ("donne lui tout de même à boire …"), ne le servait encore en donnant à croire qu'il le trahit ?

Je formule cette hypothèse (hardie, j'en conviens !) en précisant bien qu'elle n'est qu'une hypothèse, pas une prédiction, car comme le dit Woody Allen : "rien n'est plus hasardeux que les prédictions, surtout quand elles concernent l'avenir."

(A suivre)


Emmanuel Macron sur la scène de la Mutualité, le 12 juillet 2016 (Photo: Michel Soudais).

Haut de page

Voir aussi

Articles récents