Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 5€/mois. :

Politis Web illimité

5 par mois Offre de lancement
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

9 par mois Offre de lancement
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier : 46 N° + 2 hs en prélèvement automatique à durée libre
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

Quatre-vingt économistes réclament la fin de la « thérapie de choc »

« Il est possible de réenchanter l’avenir, y compris en matière économique. » Quatre-vingts économistes keynésiens signaient mercredi 10 février une tribune dans Le Monde pour défendre une rupture radicale avec la politique économique menée en France et « sortir de l'impasse ».

La « thérapie de choc appliquée en Europe du sud » - baisse des dépenses publiques et compression des salaires - a fait la preuve de son inefficacité, jugent-ils. Elle s’accompagne selon eux d’une « logique de mépris généralisé », des chômeurs, des pauvres, des fonctionnaires et des travailleurs.


Ils proposent à revers un « plan de sortie de crise » représentant 40 milliards d’euros d’investissement public par an en France, « financé par le redéploiement de sommes consacrées au pacte de responsabilité, dont l’échec en matière d’emploi et d’investissement est patent ».

Ils prônent donc un plan d’investissement, à l’échelle européenne, destiné à réduire les émissions de gaz à effet de serre, construire des logements, soutenir l’éducation et la santé. Le tout en appui sur l’économie sociale et solidaire, les services publics comme les entreprises privées.

La rupture avec « les règles néolibérales qui font que l’Union est devenue le grand malade de l’économie mondiale » passe également selon eux par une hausse de 10 % des bas revenus.

Avant de conclure :

Il est temps de mettre en œuvre une politique économique alternative

Lire > « La relance, ça marche ! » : les 7 propositions de la gauche du PS


Photo : RALF HIRSCHBERGER / DPA / DPA PICTURE-ALLIANCE/AFP

Haut de page

Voir aussi

Articles récents