Italie : Berlusconi lâché par les siens

Le Cavaliere voit une partie de la droite transalpine l’abandonner.

La gauche n’ose pas encore y croire. « Il y a deux ans, déjà, quand Berlusconi a été mis en minorité et a dû démissionner de la présidence du Conseil, on pensait en avoir fini. Et puis il est ressuscité ! Restons prudents ; il est encore très populaire dans le pays », soupire Angelo Mastrandrea, directeur adjoint d’ Il Manifesto, le quotidien de la gauche critique italienne. Toutefois, s’il n’est pas encore mort politiquement, Silvio Berlusconi est bel et bien à terre. Vendredi 4 octobre, par 15 voix…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents