Lou Reed, la révolution de velours

Depuis les années 1960, ce musicien à la fois star et underground a marqué l’histoire du rock.

Durant les trente dernières années de sa vie, Lou Reed, décédé à l’âge de 71 ans ce 27 octobre, aura cherché à faire oublier le personnage qu’il avait incarné au sommet de sa gloire, entre 1972 et 1975. Celui du rocker déglingué, aux propos souvent détestables, miné par les drogues et l’alcool mais capable d’écrire des tubes fédérateurs (« Walk on The Wild Side » ), d’enregistrer des opéras rock dépressifs ( Berlin ) ou des doubles albums aussi bruitistes qu’inaudibles ( Metal Machine Music ). Sur une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents