Bruxelles, objet de leur ressentiment

Cheminots, taxis, intermittents du spectacle : les conflits de ces dernières semaines mettent tous en cause des mesures dictées en amont par la Commission européenne.

Circulez, il n’y a rien à voir ! La grève « n’est pas utile et pas responsable », a tranché Manuel Valls après six jours de mobilisation à la SNCF. Un mouvement lancé par quatre syndicats (CGT-Cheminots, SUD-Rail, FO et First) contre la réforme ferroviaire, en débat à l’Assemblée nationale jusqu’au 24 juin. Le gouvernement ne bougera pas, sauf à la marge, sur cette réforme « ambitieuse » qui s’adapte aux conditions validées à Bruxelles. Le principal objet du projet de loi de Frédéric Cuvillier, secrétaire…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents