Une stratégie de tension avec la gauche

L’avalanche d’annonces de réformes à laquelle s’est livré Manuel Valls vise à rendre inaudible ce qu’il appelle « la gauche passéiste ».

Occuper le terrain, saturer les médias. En cette fin d’année, Manuel Valls recycle les bonnes vieilles recettes de Nicolas Sarkozy. En moins d’une semaine, on a vu le Premier ministre occuper l’antenne du « 20 heures » de France 2 un dimanche soir, plus d’une demi-heure durant. Pour dire quoi ? Qu’il n’était « pas un déserteur » et exercerait « jusqu’au bout » les responsabilités de son poste « jusqu’à la fin du quinquennat ». Seconde étape de ce plan de com’ très offensif, mercredi, à l’issue du conseil…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents