L’histoire, par le menu

Tristan Hordé livre un tableau de l’évolution de la table, miroir de la société.

« Tenez-vous bien, ou plutôt tenez-vous mieux », s’amusait Pierre Desproges, amateur de bonne chère et fin gourmet. « Accrochez-vous bien », pourrait-on ajouter au regard de ce menu d’Urbain Dubois, au mitan du XIXe siècle. Potages : consommé de volaille Sévigné, bouillabaisse à la provençale. Hors-d’œuvre : filets de rougets en caisse. Relevé : longe de veau à la Monglas. Entrées : timbale de macaroni à la parisienne, côtelettes de chevreuil sauce venaison, pain de volaille à l’aspic garni de filets de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents