Podemos ne se décrète pas

La percée de ce parti anti-austérité intervient dans un pays à la démocratie vivante quand la nôtre paraît si anémiée que le retour d’un Bernard Tapie y est traité comme un événement.

Faut-il que la vie politique française soit à ce point malade pour qu’un événement comme celui-là fasse la une des médias. Car, qu’on se le dise, Bernard Tapie « is back ». Et il ne revient pas les mains vides : il possède une arme secrète qui va terrasser à la fois le Front national et le chômage… Pas besoin pourtant d’avoir fait Sciences Po pour apercevoir les grosses ficelles de Nanard. En grande difficulté après avoir été condamné à rembourser à l’État quatre cents millions d’euros, indûment empochés…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents