Un avenir apaisé  pour la Corse

L’indépendantiste Jean-Guy Talamoni décrit les transformations auxquelles il aspire pour une île de Beauté sans tutelle mais amie de la France.

Le 13 décembre 2015, le courant nationaliste corse, emmené par l’indépendantiste Jean-Guy Talamoni et l’autonomiste Gilles Simeoni, remportait pour la première fois les élections régionales à Ajaccio, Talamoni devenant président de l’Assemblée de la Collectivité territoriale de Corse (CTC), Simeoni prenant en charge son exécutif. Non sans provoquer un petit scandale du côté de Paris, les deux leaders prononcent alors une partie de leur discours d’investiture en langue corse. Mais leur élection n’aurait…

Il reste 86% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents