Monoprix vend du faux jus, mais c'est de « l’humour »

La communication de Monoprix se veut humoristique. Mais, sur ce même ton, la chaîne trompe ses clients, en vendant des jus exotiques composés essentiellement de pomme et de raisin, dénonce Foodwatch.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


L’association Foodwatch a fait remarquer dans un récent article que la brique de jus orange-pêche-abricot vendue par les supermarchés Monoprix contient en majorité du jus… de raisin ! Ce fruit n’est pourtant pas mentionné dans la dénomination et n’apparaît pas non plus sur la brique. L’orange, la pêche et l’abricot, eux, représentent moins de la moitié de la composition du produit. La communication de la marque préfère mettre en avant des fruits plus « vendeurs », quitte à mentir aux consommateurs.

Un cas parmi d’autres, comme le dénonce l’association. Le raisin se retrouve aussi majoritaire dans le jus Carrefour Sélection kiwi-mangue-banane (64,5 %). Mais pas de jaloux : le raisin partage son monopole avec la pomme qui compose à 75 % le jus Auchan poire-mirabelle. De son côté, le Tropicana Cocktail du monde goyave-mangue-litchi contient 67 % de jus et purée de pomme. Pas très exotique pour un cocktail « du monde »…

© Politis

Une « phrase humoristique »

Alors que les clients croient acheter du jus orange-pêche-abricot, ils ont dans leur panier un autre jus, qui n’en est même pas un, contrairement à ce qu’affirme la mention « 3 nouveaux meneurs de jus » sur la brique. C’est en réalité un nectar, mélange de purée de fruits et d’eau. Cette information, importante, n’apparaît qu’au dos de la brique en petits caractères. Le décret sur la consommation des jus de fruits indique pourtant que la mention « doit figurer, en caractères clairement visibles, à proximité immédiate de la dénomination ».

En réponse aux accusations de Foodwatch, Monoprix explique qu’il s’agissait d’une « phrase humoristique ». L’enseigne semble reconnaître l’ambiguïté de cet étiquetage et affirme qu’il changera la mention « 3 nouveaux meneurs de jus ». Un changement est donc prévu. « Mais lequel et quand ? », s’interroge l’association.


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents