Éric Rochant : « Le risque est de jouir de la violence »

Le Bureau des légendes s’impose comme la première série française à entrer en résonance quasi simultanée avec l’actualité géopolitique. Entretien avec son créateur, Éric Rochant.

Ingrid Merckx  • 21 juin 2017 abonné·es
Éric Rochant : « Le risque est de jouir de la violence »
© Photo : Jessica Forde - Top The Oligarchs Productions / Canal+

En 1994, Éric Rochant, qui a fait ses classes à l’Idhec avec, entre autres, Pascale Ferran et Arnaud Desplechin, réalise Les Patriotes, une fiction avec Yvan Attal sur le recrutement d’un jeune Français par les services secrets israéliens. Depuis, les renseignements le passionnent. Il revient sur le sujet en arrière-plan de Möbius (Jean Dujardin, Cécile de France). Entre-temps, il a découvert le monde de la série avec l’épatant Mafiosa, saga sur la mafia en Corse. En 2015, il s’attelle au Bureau des légendes avec un mode de fonctionnement « à l’américaine » puisqu’il dirige une équipe de plusieurs scénaristes et réalisateurs, dont Elie Wajeman, Hélier Cisterne, Laïla Marrakchi, Mathieu Demy et Samuel Collardey.

Entre la première saison, diffusée au printemps 2015 sur Canal +, sur le retour d’un agent de la DGSE en France après six ans en immersion en Syrie, et la deuxième saison, sur le recrutement d’un jeune jihadiste français par des membres de l’État islamique, diffusée au printemps 2016, il y a eu les attentats du 13 novembre 2015. Mais aussi la loi relative au renseignement promulguée le 24 juillet 2015 et l’installation de l’état d’urgence en France, sans cesse prolongé depuis. De quoi donner une résonance toute particulière à cette série.

Le Bureau des légendes marque par sa manière de traiter de la guerre en Syrie et du jihadisme quasi en simultané, mais aussi par son extrême réalisme. Comment l’écriture du scénario a-t-elle été conçue et comment évolue-t-elle au fil des saisons pour relever ce défi ?

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)