Le président des super riches

Les baisses massives d’impôt voulues par Emmanuel Macron bénéficieront aux plus fortunés, au nom d’une « théorie du ruissellement » purement idéologique.

Avec Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a trouvé son successeur. Et peut-être bien son maître. Si le nouveau locataire de l’Élysée ne modifie pas ses projets fiscaux et les réformes de structures qui, selon lui, sont indissociables, il apparaîtra vite comme le (nouveau) « président des riches ». Caricature ? Non. Les baisses d’impôts massives prévues l’an prochain d’un montant de près de 11 milliards d’euros, leur distribution et la nature des taxes supprimées parlent d’elles-mêmes. Exposées avant le débat d’orientation budgétaire prévu ce jeudi 20 juillet, ces baisses visent à « créer un effet de souffle fiscal en faveur de l’investissement, de l’emploi et de la croissance », explique Édouard Philippe dans un entretien aux Échos (12 juillet). Après quelques tergiversations, le gouvernement a choisi, sous la pression des milieux d’affaires, d’« accélérer » le rythme « afin de maximiser les effets économiques de cette stratégie », justifie le Premier ministre, qui reconnaît que réduire la pression fiscale de près de 0,6 point de PIB, « c’est un effort considérable ». D’autant que le gouvernement entend « en même temps », suivant la formule macronienne, contenir le déficit sous la barre des 3 % exigée par Bruxelles, ce qui va l’obliger à dégager quelque 20 milliards d’euros d’économies supplémentaires, après les 4,5 milliards rabotés dans tous les ministères pour finir 2017 dans les clous.

Il reste 81% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents