Dossier : Ils bravent les lois anti-migrants : Les nouveaux Justes

Corine Pagny : Le livre de sa jungle

En organisant des ateliers artistiques dans le camp de réfugiés de Calais, Corine Pagny a voulu donner une mémoire à ce lieu et à ses habitants.

Tout a commencé face au roulis des vagues. C’était à Calais, il y a cinq ans. Corine Pagny est artiste-peintre. Elle vient de réaliser des sculptures éphémères en papier mâché, inspirées du carnaval de Dunkerque. « Je voulais les jeter à la mer, et là j’ai repensé à ce naufrage d’un bateau avec 300 personnes à bord qui venait juste d’advenir en Méditerranée. Tout d’un coup, j’ai trouvé ça indécent. » C’est qu’à quelques kilomètres se dresse un bidonville géant qui ne s’appelle pas encore « la jungle ».…

Il reste 86% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents