Le gouvernement Philippe III a été annoncé

L'Élysée a annoncé ce matin par communiqué la composition du nouveau gouvernement d'Édouard Philippe.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Christophe Castaner a été nommé mardi ministre de l'Intérieur en remplacement de Gérard Collomb dans le cadre d'un large remaniement de l'équipe gouvernementale, « dont le mandat politique reste le même », a annoncé l'Elysée. M. Castaner occupait jusque-là le poste de secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement. Il sera épaulé de Laurent Nuñez, actuellement à la tête de la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI) et nommé secrétaire d'État auprès de lui. Le Modem Marc Fesneau devient ministre auprès du Premier ministre, en charge des Relations avec le Parlement, et en remplacement de Christophe Castaner.

En pleine grogne des élus locaux, Jacqueline Gourault est nommée à la tête d'un grand ministère des Territoires, avec à ses côtés Sébastien Lecornu, nommé ministre auprès d'elle chargé des collectivités territoriales, et Julien Denormandie, ministre chargé de la ville et du logement. Elle remplace Jacques Mézard, qui quitte le gouvernement.

L'ex-cadre des Républicains Franck Riester est nommé ministre de la Culture à la place de Françoise Nyssen, remerciée.

Au poste de ministre de l'Agriculture, le sénateur de la Drôme Didier Guillaume remplace Stéphane Travert, un ancien socialiste comme lui.

Au total, le gouvernement compte huit entrants avec également les arrivées des secrétaires d'État Emmanuelle Wargon, Christelle Dubos, Agnès Pannier-Runacher et Gabriel Attal.

« Cette équipe gouvernementale va inscrire son action dans la continuité de la politique menée par le gouvernement et du calendrier des réformes pour les mois à venir », a estimé la présidence.

L'attente aura été longue pour accoucher de ce nouveau gouvernement, censé apporter un « second souffle » au quinquennat d'Emmanuel Macron, très bas dans les sondages après un été et une rentrée chaotiques.

Le remaniement doit mettre fin à une période de flottement, déclenchée par la démission fracassante, le 2 octobre, du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, suivant de peu celle d'un autre pilier du gouvernement, Nicolas Hulot.


Haut de page

Voir aussi

Réinventer les possibles

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents