Calais, de plus en plus loin de la terre promise

Cinq ans après la fermeture du centre de Sangatte par Nicolas Sarkozy, les candidats à l’exil sont toujours sur place. Ils dorment désormais dehors et subissent les contrôles incessants de la police. Reportage.

L'air d'un ramoneur, Omar frotte sa figure et ses mains noircies. Son sweat-shirt blanc est maculé de taches de cambouis. Il est 10~heures du matin et ce jeune Afghan de 16~ans a tenté sa chance la nuit précédente. Accroché sous un camion, il a été repéré par la police à l'approche du port et s'est enfui. Déçu mais habitué, Omar rejoint son squat, au coeur de la zone industrielle des Dunes à Calais. Un peu plus loin, dans la «~jungle~» , terme qu'utilisent les migrants pour parler des bois alentour, ses…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents