Tunisie : Victime mais coupable

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Quelque deux cents personnes se sont rassemblées à Tunis le 2 octobre pour protester contre l’ouverture du procès de la jeune femme violée par deux policiers début septembre. Interpellée avec son compagnon avant d’être violée par les agents, la jeune femme a porté plainte. Elle se trouve aujourd’hui sur le banc des accusés, pour « outrage à la pudeur », encourant une peine de six mois de prison. Selon le ministère de l’Intérieur tunisien, le couple a été appréhendé dans une « position immorale ». Un retournement de situation dénoncé par plusieurs centaines de manifestants ce week-end à l’appel d’ONG locales et internationales.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents