Raconteur d’histoires

Une rétrospective de Sergio Larrain. Des images marquées par la géométrie, suscitant le récit.

«U ne bonne image naît d’un état de grâce. » Allons donc ! La formule est de Sergio Larrain (1931-2012). Ne serait-ce pas là une définition de la photographie ? Affaire d’instantané, assurément. La preuve par l’image, parmi la bonne centaine, en noir et blanc, exposée à la Fondation Henri-Cartier-Bresson, à Paris : un couple au coin d’une rue, à Potosi, en Bolivie (1960), partagé entre l’ombre, la lumière et l’angle droit d’un mur ; une gamine de Corleone, en Sicile (1959), s’imposant (sans doute)…

Il reste 78% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents