Règlement de conte

Pour sa première œuvre en couleur, Ludovic Debeurme embarque trois fils
et un père dans un récit cruel et merveilleux.

Marion Dumand  • 14 novembre 2013 abonné·es

Le dos courbé, un vieillard regarde la mer. Les couleurs sont d’automne ou de soleil déjà couché ; elles se mêlent, se rapprochent et soulignent la solitude de l’homme. Vu de face, la même scène saisit : assis au bord d’une falaise, l’homme a des bras si longs qu’on n’en peut voir

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 3 minutes
#BD