« Corniche Kennedy », de Dominique Cabrera : La grâce du vertige

Dans Corniche Kennedy, de Dominique Cabrera, une bande de jeunes plonge dans la mer du haut des rochers, sous l’œil des flics et des dealers. Adrénaline, endorphines et sueurs froides.

Juin entre Marseille et Cassis. Il fait beau. Ils passent en short et en maillot de rocher en rocher, cherchant le meilleur endroit pour sauter. Adrénaline et farniente. La mer devant eux, hospitalière, nourricière, qui les accueille et les protège. Le danger est sur terre, entre les flics et les dealers qui les ont cueillis à la sortie du lycée. Plongeurs et petites frappes, grandes gueules vulgaires en groupe, beaucoup moins en tête à tête. Et puis il y a Suzanne, l’intruse, la gosse de riches, qui sèche…

Il reste 82% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents