Dossier : La meilleure façon de marcher, c'est encore la nôtre

La meilleure façon de marcher, c’est encore la nôtre !

Le slogan de campagne d’Emmanuel Macron résonne aujourd’hui comme une injonction condescendante, alors nous sommes venus reprendre à Macron ce qu’il nous a piqué.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Des mois qu’on nous mâche « En marche ! », à nous filer des crampes aux neurones. Martelé sur les sentiers escarpés qui mènent au pouvoir, le slogan de campagne d’Emmanuel Macron résonne aujourd’hui comme une injonction condescendante, adressée à des pieds plus qu’aux têtes et aux cœurs. On nous prend pour des godillots. Car enfin, en marche vers quoi ? Macron nous parle comme à une troupe « roupillante » : libérer les énergies, fluidifier, mobiliser… Cet horizon, ce n’est pas « marche et rêve », mais bien le libéralisme et la casse sociale.

Alors nous sommes venus reprendre à Macron ce qu’il nous a piqué. Remettre les mots dans le bon sens, rétablir le juste poids dont les a lestés l’histoire des luttes sociales dans l’imaginaire collectif – aux antipodes de la déambulation solitaire vers la pyramide du Louvre d’un président à peine élu. Raconter comment la marche a permis à des dominés de relever la tête, combien elle a élevé de peuples dans la dignité, et forcé la conquête de leurs droits. Rappeler ces mobilisations qui ont remis sur leurs jambes des millions de personnes prostrées. Reconnaître chez les exilés échoués avec leur baluchon à nos frontières, après des milliers de kilomètres à travers l’Afrique ou le Moyen-Orient, l’expression ultime de leur volonté de survivre, et non d’envahir les pays riches – ce qui devrait forcer le respect et la solidarité.

Également promouvoir les vertus humaines, écologiques et citoyennes de la mobilité sur deux jambes, un « principe anthropologique » longtemps négligé, mais qui connaît aujourd’hui un regain d’intérêt réjouissant. C’est la marche pour tous : accessible à chacun, et d’intérêt collectif.

À lire dans ce dossier :

• De quoi « En marche ! » est-il le nom ?

• Pas à pas,  la conquête  des droits

• Éloge de la lenteur


Haut de page

Voir aussi

Articles récents