« Film catastrophe », de Paul Grivas : À l’abordage !

Paul Grivas confronte un tournage de Jean-Luc Godard et la vie sur un paquebot de croisière.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Qui a vu Film socialisme (2010) se souvient que Jean-Luc Godard en a tourné une grande partie sur le paquebot Costa Concordia. Cette élégie sur le destin mortifère de l’Europe avait une dimension prophétique qu’on ne soupçonnait guère : quelques années plus tard, le Costa Concordia acheva lamentablement sa carrière en s’échouant sur un récif, avec sa cargaison de touristes.

Disponible en ligne depuis le 26 février, en accès libre, Film catastrophe est le making of de Film socialisme, réalisé par Paul Grivas, qui est aussi le neveu de Jean-Luc Godard. On ne regarde pas ce film aujourd’hui, dans la situation due au coronavirus, sans penser au confinement qu’induit une telle croisière. Mais, à l’inverse d’un état de fait relevant d’une décision sanitaire, il s’agit ici d’une promiscuité peu ragoûtante entre riches oisifs qui n’ont pas trouvé mieux que de dépenser leur argent à bord de cet emblème kitsch et navrant du capitalisme et de la consommation.

La plupart des passagers ignorent le tournage que réalise Godard incognito, bonnet vissé sur la tête, sous leurs yeux aveugles, quand d’autres s’irritent d’un dérangement momentané. Le comique du film vient de là : de l’immense décalage qu’il saisit entre deux mondes étrangers et qui se concrétise avec force dans certaines scènes. Par exemple, lorsque Patti Smith se déplace sur le bateau dans l’indifférence générale. C’est à peine si on ne la regarde pas comme une dérangée (ce qu’elle est d’ailleurs, étymologiquement).

Aux images qu’il a prises, Paul Grivas a ajouté des extraits de vidéos enregistrées par des passagers lors du naufrage, qu’il dissémine au long de son film. Images de panique, de détresse, de « sauve-qui-peut ». Ce qui renforce le côté inéluctable de la catastrophe à venir.

Film catastrophe montre aussi le Godard de la fin des années 2000 au travail. On ne sera pas étonné de constater qu’il sait ce qu’il veut. Ses indications aux acteurs sont nombreuses, précises, sans hésitation. En revanche, la patience et la douceur dont il fait preuve ne correspondent pas aux représentations habituelles qu’on a de lui. L’« ermite de Rolle » esquisse même des sourires, en particulier devant les rushs d’une scène dont l’ironie l’amuse.

C’est aussi l’apport de Film catastrophe, film d’atelier (au sens ancien du terme) plus que de coulisses : celui de montrer un maître à l’œuvre, et non dans le discours. Paul Grivas a filmé deux mastodontes, Godard et le Costa Concordia : le second est déjà mort quand l’œuvre du premier ne cesse de voguer dans nos imaginaires.

Film catastrophe, Paul Grivas, 55 min. Visible sur : filmcatastrophe.com


Haut de page

Voir aussi

La peste Zemmour

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.