Traverser les frontières

Jean-Christophe Attias  • 13 janvier 2011 abonné·es

Je ne sais si mon grand-père paternel, que je n’ai pas connu, peut être tenu pour un aventurier. Sans doute pas. Né à Tétouan (Maroc) en 1885, fuyant probablement la pauvreté, il n’en traversa pas moins, bien jeune, tout un océan pour rejoindre Guayaquil (Équateur) dans l’espoir d’y faire fortune. Il s’y enrichit en effet, quoique de manière peu exotique pour un Juif : en vendant du tissu. Deux décennies plus tard, il prenait le bateau dans l’autre sens, rentrait

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Digression
Temps de lecture : 5 minutes