Un genou à terre

Pas besoin d’être politologue pour tirer la leçon essentielle du scrutin de dimanche : les Français – ceux qui ont voté, et beaucoup parmi ceux qui n’ont pas voté – ont infligé une terrible défaite à Sarkozy. De l’échec des listes UMP, devancées nationalement par le PS, découle presque mécaniquement tout le reste : l’abstention massive qui est d’abord le fait de l’électorat de droite ; et le retour du Front national un temps dissous dans le « sarkozysme bessonnien » ; et même le très bon score d’Europe…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.