Disparition : Anita Ekberg

La séquence où elle prend un bain dans la fontaine de Trevi, dans la Dolce Vita , est restée comme l’une des plus célèbres du cinéma.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Décédée à 83 ans dimanche, Anita Ekberg, née à Malmö le 29 septembre 1931, a d’abord été remarquée pour sa plastique impressionnante. Après avoir été élue Miss Suède en 1950, elle semblait prédestinée à Hollywood mais le cinéma américain ne lui réserva que de petits rôles. De sa carrière, on n’aurait pu retenir que la plaisanterie de l’humoriste Bob Hope, qui regrettait que les parents de la jeune Suédoise n’ait pas reçu le prix Nobel d’architecture. Mais il y eut Fellini, et la Dolce Vita. Elle y joue, aux côtés de Mastroianni, une star américaine en visite à Rome. La séquence où elle prend un bain dans la fontaine de Trevi est restée comme l’une des plus célèbres du cinéma mondial, transformant Anita Ekberg en icône.


Haut de page

Voir aussi

Dépasser la sidération immédiate

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.