« Soy Libre », Laure Portier : La fureur de vivre

Dans Soy Libre, Laure Portier filme son frère en lutte pour trouver sa place quelque part.

Ils font corps sur la Vespa. Ce sont les premières images de Soy Libre : postée derrière son frère, Arnaud, qui conduit l’engin, Laure tient sa caméra. Arnaud y va plein pot, sans égard pour sa passagère, qui, lors d’un cahot plus brutal qu’un autre, lâche un « Ah ! » qui accuse le coup. Voilà qui pose la relation entre le frère et la sœur. Une relation intense d’amour fraternel qui passe par la médiation d’une caméra, entre un chien fou et un être plus posé.

Laure Portier filme son frère cadet depuis qu’il est adolescent. On le voit au tout début à cet âge, visage à peine sorti d’une enfance maltraitée, qui l’a mené dans un centre éducatif fermé puis en prison. Arnaud aime le bruit et la fureur. Il est comme un lion en cage, y compris en extérieur. Il se livre à de longues séances de musculation : sa manière de décompresser. Et de se préparer au combat. « Je dois affronter la vie », dit-il. C’est ainsi qu’il aime celle-ci. D’une certaine façon, il n’a pas le choix.

Ou plutôt si.

Il reste 59% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.