Dossier : Nos corps en bataille

Nos corps en bataille

Abîmés, combattants, exultants, nos enveloppes charnelles évoluent d'objets à sujets.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Tous les corps ne sont pas logés à la même enseigne, selon qu’ils sont considérés comme dominants ou dominés. Ces corps essoufflés et révoltés des femmes qui courbent l’échine pour récurer les palais étoilés. Ou ceux atrophiés et méprisés des exilé·es, qui cachent leurs pieds et leurs douleurs. Jugés hors des normes sociales, ces corps commencent pourtant à transformer leurs vulnérabilités en résistances collectives. Ces enveloppes d’oppressions se craquellent, doucement, sûrement, et deviennent une arme puissante pour manifester, se manifester, et reprendre le pouvoir. De corps objets à corps sujets il n’y a qu’un pas. Nous leur donnons la parole car la bataille de nos corps passe aussi par ces nouveaux récits.

Sommaire

Silvia Federici : « Le corps a toujours été un terrain privilégié de domination »

Nos corps défendants, résistants, combattants

Nos corps engagés jusqu’au cou !

Elisa Rojas, à corps déployé

Par tous les seins

Nos corps éreintés, méprisés, ignorés

« Le quotidien des femmes de chambre doit être un sujet de débat dans la société »

Transphobie médicale : « Vous êtes sûr que vous avez un vagin ? »

Sous nos pieds, notre histoire

Nos corps retrouvés, libérés, exultants

Roller derby : Rouler pour le féminisme

Cha Gonzalez : « La fête invite à l’abandon des corps »

Cent ans de naturisme

Des cheveux, faisons table rase

Témoignages

Piétiner, porter, tirer… Aïcha Hamdoune, 37 ans, éboueuse à la mairie de Paris depuis 2014

Mon handicap, c’est une force : Alexandra Nouchet, 23 ans, nageuse et athlète

Mutilée pour l’exemple : Mélanie N’goye-Gaham, 41 ans, membre des gilets jaunes

Vivre avec l’endométriose : Fanny Pandolfi, 37 ans, vétérinaire

La vie en l’air : Brenda Clark, comédienne, artiste aérienne

Des frayeurs tous les jours : Ryan, 24 ans, livreur à vélo à Marseille pendant ses études


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.