Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Boris Johnson : La « covid party » de trop ?

Le Premier ministre britannique est l’un des dirigeants les plus critiqués pour sa gestion de la crise sanitaire mais aussi son attitude personnelle face à elle. Légèreté, inconséquence, et désormais mépris pour la population britannique : peu avant Noël 2020, une fête s’est tenue dans les bureaux de Boris Johnson qui avait alors quasi confiné le pays balayé par une terrible vague de covid. Il n’y aurait pas participé mais a d’abord nié l’existence de l’infraction, jusqu’à la divulgation d’une vidéo assassine où une collaboratrice, démissionnaire depuis, plaisante sur l’événement. Jusque dans les rangs conservateurs, l’affaire déstabilise fortement un Johnson qui s’apprêtait à donner un nouveau tour de vis sanitaire face à la propagation « fulgurante » du variant omicron. Sa crédibilité a déjà été entamée par la violation des règles sanitaires par deux très proches collaborateurs, Dominic Cummings et surtout Matt Hancock, ministre de la Santé qui a dû démissionner en juin dernier. Johnson est désormais dans le collimateur. En France, en revanche, rien de tel. Le ministère des Outre-mer a organisé, le 16 novembre, une « soirée rhum » sans distanciation ni masque. Ni comptes à rendre. « Fête » ce que je dis, pas ce que je fais.

Extrême droite : Les Zouaves Paris bientôt dissous ?

Le groupuscule néonazi Zouaves Paris, connu pour ses actions violentes, s’est fait remarquer le 5 décembre durant le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte, comme nous vous le racontions alors, en prenant part notamment au tabassage de militant·es de SOS Racisme. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé lancer une procédure de dissolution à son encontre le 12 décembre. Mais l’efficacité d’une telle procédure est à prouver : les Zouaves sont un groupuscule sans structure définie, et n’essayent pas d’avoir une présence physique en dehors de leurs actions violentes, déjà illégales. Au contraire de groupes comme Génération identitaire, qui a des locaux, ou l’Action Française, qui publie des journaux et organise des conférences, une dissolution ne résulterait qu’en un changement de nom pour ces héritiers du GUD.

Réfugiés : Attaque raciste et répression policière

Un homme a attaqué au sabre un camp d’exilés, en plein Paris, le 8 décembre. Six tentes ont été lacérées et deux hommes soudanais ont été blessés. L’un d’eux était, le soir des faits, dans un état grave. Le lendemain, un rassemblement de soutien aux victimes, « en grande détresse psychologique et émotionnelle », selon Médecins du monde (MDM), était organisé sur place. Il a été réprimé par la police. « Dans un premier temps, les personnes présentes ont toutes été nassées sans sommation puis verbalisées d’une amende de 135 euros », rapporte l’association humanitaire. Un de ses salariés a même été interpellé pour rassemblement non déclaré, avant d’être relâché sans poursuites. Au bouclage de ce journal, le 14 décembre, ni le ministère de l’Intérieur ni la préfecture de police n’ont réagi à l’attaque.

Agriculture : De moins en moins de fermes en France

En dix ans, le paysage agricole français a changé, tout comme les visages de celles et ceux qui s’en occupent. Selon le recensement agricole 2020, la France métropolitaine compte 389 000 exploitations soit 100 000 de moins qu’en 2010. Cependant, la surface agricole utilisée reste stable, ce qui signifie que la taille des exploitations s’agrandit (69 hectares en 2020 contre 55 en 2010). Le ministre de l’Agriculture s’est quand même vanté de maintenir un modèle agricole « à taille humaine ». Le défi de ces prochaines années sera aussi le renouvellement des générations d’agriculteurs et agricultrices, puisque 58 % d’entre eux ont plus de 50 ans et 25 % ont plus de 60 ans. Autre observation intéressante : la part des exploitations en agriculture biologique a triplé, passant de 4 % à 12 %. La nouvelle politique agricole commune permettra-t-elle d’intensifier ce boom du bio ? Le doute est permis.

Le FN inspire Valérie Pécresse

Pour le choix de son nouveau slogan de campagne, Valérie Pécresse a retenu « Le courage de dire, la volonté de faire ». Tout un programme, qu’elle a affiché en lettres géantes derrière elle lors de son premier discours en tant que candidate investie par Les Républicains, le 11 décembre à la salle de la Mutualité. Manque de chance ou coïncidence volontaire, ce slogan est aussi un slogan du… Front national, utilisé une première fois en 1986 pour les législatives qui avaient donné 35 députés au parti de Jean-Marie Le Pen, mais aussi régulièrement depuis dans des tracts, comme aux départementales de 2015.

Un musée à la gloire du IIIe Reich

Une intervention banale des pompiers niortais a débouché sur une vaste opération de déminage, mercredi 8 décembre. L’homme de 76 ans qu’ils sont venus secourir gardait chez lui une collection d’objets à la gloire du IIIe Reich, dont une centaine d’armes : roquettes anti-Panzer, fusils, grenades et obus… L’ancien légionnaire a été hospitalisé et les démineurs ont sécurisé les lieux. Le parquet de Niort a ouvert une enquête.

Rétention dangereuse

Troisième cluster au centre de rétention administrative (CRA) du Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne). Après un passage au CRA de Plaisir (Yvelines), dans des cellules sans douche ni fenêtre, les personnes malades du covid-19 sont retournées à la case départ, dans un bâtiment dédié où il n’y a ni savon, ni masque, ni gel hydroalcoolique et où elles sont mélangées avec celles présentant des symptômes. Devant l’inaction de l’administration, la Cimade a demandé à ses équipes de ne plus intervenir sur place.

Un nouvel agenda des manifs

Démosphère-IDF fermé, il était devenu difficile de suivre l’actualité des mouvements sociaux en région capitale. Un nouvel agenda, « AMI » pour Agenda militant indépendant, vient de voir le jour, et a organisé une soirée de lancement au Lieu-dit, à Ménilmontant. Reste à voir si cet agenda vivra… mais comme il est participatif, cela ne tient qu’à nous. Web : agendamilitant.org


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.