Les échos de la semaine

L'œil de Politis sur l'actualité hebdomadaire, en bref.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Algérie : la répression s’accentue et inquiète…

Pour le neuvième vendredi de mobilisation, le 19 avril, les rues de toute l’Algérie étaient aussi noires de monde que les précédents. Depuis deux mois et demi, les Algériens exigent la « fin du système », de façon déterminée et pacifique. Bouteflika ayant maintenant démissionné, les foules réclament le départ du président par intérim, Abdelkader Bensalah, qui est en charge de la transition jusqu’à l’élection présidentielle fixée au 4 juillet.

Alors que l’armée est désormais en première ligne, la police, jusqu’ici très mesurée, a accru le pression, notamment sur des jeunes qui tentaient de passer les barrages à la fin de la manif du 19 avril. Des médias algériens ont ainsi annoncé qu’un jeune de 23 ans, prénommé Ramzy, aurait été violemment matraqué le vendredi 12 avril et décédé quelques jours plus tard à l’hôpital.

Le samedi 13 avril aussi, la police a embarqué plusieurs manifestants d’un rassemblement à l’appel du RAJ (Rassemblement Actions Jeunesse), devant la Grande Poste d’Alger, parmi lesquels l’un de ses principaux fondateurs, Hakim Addad, que Politis a interviewé en mars (n°1544, 14 mars). Libéré après huit heures de garde à vue, il a ensuite dénoncé le traitement infâme infligé à quatre militantes interpellées avec lui. Au commissariat de Baraki, elles ont été forcées de se dénuder devant les policiers et ont subi des fouilles en public particulièrement humiliantes.

L’information a d’ailleurs choqué la rue puisque le 19 avril, était brandie, devant un cordon de policiers, une banderole dénonçant : « Ma femme est algérienne, jolie, intelligente et forte. Ce que vous avez fait à nos sœurs est une honte ! »

Équipements publics : ces privatisations qui font tache

Sale semaine pour les défenseurs des partenariats public-privé et autres ventes à la découpe des équipements publics. La cour administrative d’appel de Paris a annulé le 16 avril la procédure de vente de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, en raison d’un imbroglio d’actionnaires illicite. Chaperonnée en 2014 par Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, cette vente sera définitivement annulée, avec remboursement à la clé, si le tribunal de commerce emboîte le pas à la justice administrative.
Deux jours plus tard, le 18 avril, et alors que la majorité s’acharne seule contre tous à privatiser les aéroports de Paris, c’est la Cour des comptes qui a dressé un bilan accablant de la privatisation des autoroutes. Nota bene : la « faiblesse » des pouvoirs publics face au privé engendre des « surprofits » sur le dos des usagers.

Migrants : attaque contre la Roya citoyenne

Dans le Sud-Est, aider les migrants a toujours exposé aux méfiances des voisins et des forces de l’ordre. Mais rarement aux agressions physiques. Hugo, membre de la Roya citoyenne, a subi un raid mené contre son domicile par une quinzaine de jeunes, le dimanche 14 avril. Une pluie de projectiles s’abat sur les vitres de son appartement, des injures racistes fusent, son véhicule est saccagé. Quatre demandeurs d’asile hébergés chez Hugo assistent à la scène, terrorisés. Leur bienfaiteur est hospitalisé d’urgence pour un traumatisme crânien. Trois semaines auparavant, quatre personnes l’avaient déjà menacé et agressé à son domicile. « Je me sens violé dans mon intimité, témoigne Hugo, désormais remis de son agression. J’avais bien conscience de la montée de l’extrême droite, de l’hostilité envers les personnes solidaires. Mais je ne pensais pas que ça allait tomber sur moi. Est-ce que j’ai peur ? Bien sûr. Est-ce que ça va m’empêcher d’aider les migrants ? Non, bien sûr. »

Les ubérisés auront des droits… minimalistes

Le Parlement européen a adopté le principe d’un socle minimum de droits pour les travailleurs précaires en Europe. Un premier espoir, notamment pour les salariés ubérisés, qui dépendent des plateformes numériques (Uber, Deliveroo, etc.) mais travaillent sous statut d’indépendant, sans protection. Bien que la directive ne prévoit aucune contrainte et s’en tienne à des mesures sur la transparence, le droit de refuser des missions et la formation. Et que Deliveroo s’en soit immédiatement lavé les mains dans un communiqué, estimant que ses livreurs, « indépendants », n’étaient pas concernés.

Ukraine : raz-de-marée dégagiste

Pour les électeurs ukrainiens, politicien professionnel est devenu un parfait synonyme de corrompu. C’est pourquoi, le 21 avril, ils ont élu un total amateur : Volodymyr Zelensky, 41 ans, comédien rendu célèbre par une série télé où il incarne un président… incorruptible. Balayé, le sortant, l’oligarque Petro Porochenko, n’a obtenu qu’un quart des voix au second tour. Zelensky doit maintenant faire la preuve qu’il peut rénover la politique gangrénée par l’affairisme, relancer l’économie et trouver une issue à l’annexion de la Crimée et à la guerre du Donbass, qui se prolonge depuis cinq ans. Les relations de Porochenko avec Poutine étaient tellement exécrables que Zelensky ne peut que faire mieux. En campagne, il a soufflé le chaud – « La Russie est notre ennemi » – et le froid – « relancer le processus de paix de Minsk ».

La photo de la semaine : Pollueurs bloqués

Plus de 2 000 personnes ont participé, le 19 avril, à une action géante de désobéissance civile en bloquant l’entrée des sièges d’EDF, Société Générale et Total, sur le parvis de La Défense, près de Paris. Cette opération s’est déroulée à l’appel de plusieurs organisations, dont Greenpeace, ANV COP 21, les Amis de la Terre ou encore Extinction Rebellion pour dénoncer ces entreprises polluantes.

© Politis

Crédit photo : Nicolas Liponne/NurPhot/AFP


Haut de page

Voir aussi

Articles récents