Accueil du site > Les blogs de Politis > Michel Soudais > Sarkozy, un genou à terre

Par Michel Soudais - Suivre sur twitter - 22 avril 2012

Sarkozy, un genou à terre

Les résultats du premier tour enregistrent une double défaite de Nicolas Sarkozy. Le président sortant, qui avait éliminé toute concurrence dans son camp enregistre un faible score. Il est en outre parvenu en cinq ans de mandat à ressusciter le Front national.

François Hollande devance Nicolas Sarkozy à l’issue du premier tour de 2 à 3 points selon les estimations fournies bien avant 20h par plusieurs instituts de sondages, sur la base des premiers dépouillements et diffusés autour de 19h par l’AFP. Le candidat du PS obtient entre 28,4% et 29,3%. C’est la première fois qu’un président sortant, qui obtient entre 25,5% à 27%, ne sort pas en tête d’un scrutin.
Le second tour opposera donc un candidat bleu à un candidat bleu, le président sortant comme le candidat des socialistes ayant optés pour cette couleur durant leur campagne. Mais faute de vraies réserves de voix, Nicolas Sarkozy aborde le second tour dans une position très difficile. Le total des voix de gauche (entre 42 et 44 %) est nettement plus important qu’en 2007. Sauf retournement imprévu, il devrait être battu le 6 mai.
Dimanche après-midi sur Twitter, @boklm tweetait la photo d’un camion de déménagement devant l’Elysée, avec ce commentaire :

Tweeté le 22 avril à 14h29 par @boklm
Tweeté le 22 avril à 14h29 par @boklm

La plus grave défaite de Nicolas Sarkozy, celle qui signe son déshonneur, est d’être parvenu en cinq ans de mandat à ressusciter le Front national, troisième avec un score entre . A force de débats sur l’identité nationale, de chasse aux sans-papiers et aux Roms, à force de stigmatisation des chômeurs et des fraudeurs (uniquement) sociaux, l’UMP, son patron et ses conseillers, Patrick Buisson en tête, ont légitimé Marine Le Pen. Qui a également bénéficié de la part de la plupart des médias d’une complaisance que n’avait pas connu son père.

Place Stalingrad, à la soirée électorale du Front de gauche où je me trouve, ce score de l’extrême droite a été accueilli par des huées et le slogan « Résistance ! Résistance ! ». Le pari de Jean-Luc Mélenchon et de ses partisans de doubler la candidate de la haine est raté. Et la déception est palpable, même si avec un score de 10,8 à 11,7%, le candidat du Front de gauche réussi à décrocher le score à deux chiffres qu’il visait en début de campagne.

Le scrutin a été marqué par une participation soutenue (80 à 81 %). Inférieure à ce qu’elle avait été en 2007 (85,33 %), la participation a été nettement supérieure à ce qu’elle avait été le 21 avril 2002 (73 %) quand la gauche avait été éliminée du deuxième tour. Il faut remonter aux premiers tours des élections présidentielles de 1981 (81,1 %) et 1988 (81,4 %), scrutins qui s’étaient conclus par l’élection et la réélection de François Mitterrand, pour retrouver une participation sensiblement équivalente.

Commenter (16)

Commentaires de forum
  • Morra 22 avril 2012 à 21:21

    j’ai 22 ans, et j’ai la gerbe de voir autant de gens de ma génération voter pour Sarkozy.

    Répondre à ce commentaire

    •  
      JLOTYV 29 avril 2012 à 14:42

      Hé ! oui ! moi aussi j’ai du mal à comprendre…je pensais que la majorité des jeunes avait des idéaux plus nobles.
      Être aveugles à ce point et sans discernement, c’est inquiétant pour l’avenir de la sociètè !

      Répondre à ce commentaire

      •  
        Franck 29 avril 2012 à 22:06

        il y a ça et le sentiment, au vu de l’atroce campagne de boules puantes auquel nous assistons, que la politique ce n’est plus que de tenir bien au chaud des dossiers les uns sur les autres : ils sont en train de s’auto-détruirent tous et nous on regarde et après on nous demande de vôter... !

        ,

        Répondre à ce commentaire

  • mu 22 avril 2012 à 21:23

    Tout à fait d’accord ; la plupart des médias de grande écoute ont été plus que complaisants avec MLP et lui ont offert une tribune permanente, sans jamais trop chercher à démonter son programme.

    Répondre à ce commentaire

    •  
      Gilbert Duroux 25 avril 2012 à 03:14

      Vous avez raison, la question des médias est très importante. Bien sûr, alors que se multiplient les attaques contre les droits sociaux, c’est difficile d’en faire une priorité. Mais je suis persuadé qu’il faut faire de la question du pluralisme des médias une question politique. Malheureusement, je ne vois pas grand monde, à part une association comme Acrimed, qui fait un travail remarquable, pour se battre sur ce terrain.
      Au passage, je trouve dommage qu’un journal comme Politis ne mette pas le lien d’Acrimed parmi les liens amis.

      Répondre à ce commentaire

  • Janick 22 avril 2012 à 21:30

    J’ai du mal à accuser le choc : le Pen autour de 20% c’est dur à avaler.

    Les medias(dits de gauche entre autre) qui ont d’abord ignoré puis caricaturé Jean Luc Mélenchon mais bien mis en scène Mme Le Pen sont sans doute satisfaits des résultats.
    On va les remercier

    Répondre à ce commentaire

    •  
      Laure de Nantes 23 avril 2012 à 09:13

      Oui, hélàs, et maintenant, on va devoir "subir" la machine de guerre de l’UMP, qui va continuer à empoisonner les débats avec des idées nauséabondes...

      Répondre à ce commentaire

  • 23 avril 2012 à 12:37

    Ca commence à bien faire les gueules de bois électorales ...

    Répondre à ce commentaire

  • Zeptepi 23 avril 2012 à 14:07

    J’habite dans le Gard, département où Marine Le Pen arrive en tête... Dans la commune où je suis elle a recueilli plus du tiers des voix et ce avec une abstention faible.
    Ce matin quand je suis allé faire mes courses, ca m’a fait tout drole de me dire qu’une personne sur trois que je croisais avait voté pour elle.
    Je connais leurs motivations. Il y a deux votes Le Pen. Ceux qui sont réellement à l’extrème droite et racistes et ceux qui à force d’en prendre plein la figure depuis des années, ne font plus du tout confiance aux partis traditionnels. Cette deuxième catégorie n’est pas particulièrement attachée au Front national, une politique plus agressive du parti socialiste (et s’il avait suivi sa base sur le traité européen et s’y était opposé dès 2005) et une présentation honnête du front de gauche et de son programme par les médias (TF1, France Télévision, Midi Libre) auraient pu les faire basculer à gauche.

    Répondre à ce commentaire

    •  
      Mario 23 avril 2012 à 14:30

      Tout à fait d’accord avec l’avis de Zepetepi quand il dit qu’une partie de l’électorat frontiste aurait pu voter à gauche si les médias n’avaient pas cogné aussi dur sur Mélenchon (tout en faisant la part belle à MLP).

      Globalement, je souscris à l’analyse de Mr. Soudais quand il souligne la complaisance des médias vis à vis de la candidate d’extrême-droite. A part quelques journalistes, notamment Anne Sophie Lapix ou Sophia Aram, peu sont ceux qui auront tenté de démontrer les impostures et les incohérences d’un programme soi-disant plus tourné vers le « social » ...

      Répondre à ce commentaire

      •  
        JLOTYV 29 avril 2012 à 15:10

        je combatterai jusqu’à la mort les idées Le Pennistes ; mais en tant que personne, elle a le mérite d’être sincère dans sa bêtise.
        Par contre en ce qui concerne le président-candidat…Manipulateur, mensonges après mensonges ! Comment mes concitoyens peuvent t-ils avoir été aussi aveugles à ce point !
        C’est amusant d’entendre ici et là les discours anti-mondialistes : Ne voyons-nous pas que l’avenir du monde prend inexorablement le chemin d’une conscience planétaire avec une futur gouvernance mondiale, afin d’abolir toutes guerres sur cette planète, avec l’avènement d’une monnaie unique qui mettra fin à toute forme de spéculation…etc…etc…Mais ce n’est malheureusement pas pour le prochain quinquennat ! Il faudra attendre encore pas mal de quinquennats avant que cela n’advienne. Mais soyez certains que toute politique qui va à l’encontre de l’HUMAIN est vouée à court ou moyen terme à l’échec ! Le temps sera révélateur !

        Répondre à ce commentaire

  • Tito 23 avril 2012 à 14:17

    Attention la photo est truquée, même si elle fait plaisir.
    Ensuite je dirais que Sarko fait le lit du FN mais que le virage social démocrate du PS le borde.
    C’est une vrai gauche qui peut combattre une vraie droite.

    Répondre à ce commentaire

  • ydcl 23 avril 2012 à 18:08

    Je sens, qu’il va y avoir plein de DVD et DVD aux législatives ! Avoir une étiquette, UMP ou PS, risque de les plomber ! Allez les pro-FN (parti des ouvriers ?), regardez les programmes, vous verrez que le vote FdG s’impose ! Par contre, pour les "utilistes", préparez-vous à des triangulaires chaudes ! Pour ces législatives, que le NPA et LO, arrêtent avec leurs querelles stériles ! Sinon, on risque d’avoir 5 ans d’enfumage !

    Répondre à ce commentaire

  • Manon 24 avril 2012 à 13:26

    Le gouvernement a effectivement contribué à renforcer le Front National au cours de ces dernières années. D’une part en abordant des thèmes qui lui sont chers, en stigmatisant ostensiblement les minorités (manière bien pratique d’évacuer la question sociale) ; mais d’autre part en ayant manqué d’une réelle volonté de réduire les insécurités ressenties par les français : Sous Sarkozy, on observe une continuité des flux migratoires, un affaiblissement visible de l’état, une baisse des effectifs dans la police, dans l’éducation etc...
    Après 30 ans de mondialisation libérale, ce n’est plus seulement la question sociale qui préoccupe la France d’en bas ; son vote a désormais une forte dimension culturelle. De plus en plus de Français sont conscient du fait que la doxa mondialiste et libérale s’accommode très bien du multiculturalisme ; en réalité ce dernier en est un corollaire essentiel et on ne peut plus ignorer qu’il met en échec le modèle républicain. Je crois qu’au delà des bas instincts auxquels on associe souvent les électeurs d’extrême droite, il y a surtout l’idée de défendre une conception ancienne de la France, une France d’avant la mondialisation... Plus qu’un vote de haine, le vote FN est un vote de peur de la part de citoyens majoritairement attachés aux valeurs républicaines.

    Répondre à ce commentaire

  • Creseveur 24 avril 2012 à 18:17

  • pococato 26 avril 2012 à 18:43

    2 genoux ! Car effectivement les chiffres sont en trompe l’oeil (encore un enfumage du bonimenteur en chef de l’Elysée, pas assez relevé). Si les Borloo, Boutin, Nihous s’étaient présentés il ne serait pas à ce niveau mais beaucoup plus bas ( sans compter Villepin mis hors jeu).

    Répondre à ce commentaire

Commenter (16)

Commenter

« septembre 2014
lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
 

fl_g_signature
N°ISSN 2259-5988    Conception graphique › Clémence Knaebel    Design sonore › Cédric Boit    Développement › Gregory Fabre    Site réalisé avec Spip
fl_d_signature