haut-pub
Éditorial Clivage La semaine La suite Le dernier hebdo Acheter le dernier hebdo Archives Abonnement Soutenez Politis
Accueil du site > L’hebdo > Politique > Débat de l’UMP sur l’islam et la laïcité : tout ça pour ça...

Par Xavier Frison - 5 avril 2011

Débat de l’UMP sur l’islam et la laïcité : tout ça pour ça...

Dans une salle garnie pour moitié de journalistes, la convention de l’UMP « Laïcité pour mieux vivre ensemble », plus connue sous le nom de débat sur l’islam, a surtout permis à Jean-François Copé et ses amis d’enfiler les perles. Politis.fr était sur place.

Que le spectacle commence ! Le débat sur l’islam, pardon, la convention UMP « Laïcité pour mieux vivre ensemble » va enfin avoir lieu. Mardi 5 avril, 15h, une cinquantaine de personnes fait le pied de grue devant l’entrée du Pullman hôtel de Montparnasse, dans le XVe arrondissement de Paris. Une longue enfilade de camions de CRS et sa garniture caparaçonnée occupe une rue parallèle. L’ambiance est pourtant loin d’être hostile, entre tailleurs stricts, cheveux grisonnants et complets impeccables. Les portes s’ouvrent sur une salle bien modeste au regard du ramdam provoqué autour du fameux débat. 200 sièges pour l’assistance, une centaine pour les journalistes, qui seront in fine le double selon l’UMP. Entre les participants aux deux tables rondes, les assistants parlementaires, les députés, les sénateurs, les ministres venus faire acte de présence, les fayots en disgrâce (Rachida Dati, Eric Woerth), les militants du parti et la nuée de journalistes, on se demande bien où se cachent les contradicteurs du « débat ». Sans parler du citoyen lambda, tout à fait absent du tableau, au style prononcé de conférence de presse.

Arrivée de rock-star pour Jean-François Copé, arrêté sur le chemin de la gloire par une forêt de micros et caméras. « Ce débat doit avoir lieu, assène le patron de l’UMP. Il est majeur dans notre pays. Il y a un certain nombre de positions courageuses à prendre. » Le secrétaire d’Etat à l’emploi Laurent Wauquiez, un peu moins sollicité, veut « apporter des mesures concrètes » mais ne trempe qu’un orteil dans la marre : « Débattons de laïcité, oui, mais pas que de ça ». Il faut aussi penser à la « gestion des équilibres droits-devoirs », ou à « la question du plein d’essence ». Pourquoi pas ? Luc Chatel, le ministre de l’Education, est tout près de créer l’événement avec une déclaration fracassante : « Tous les débats sont légitimes, le seul qui ne l’est pas, c’est le débat sur le débat ». Et, bien sûr : « Ce n’est pas un débat sur l’islam, c’est un débat sur les valeurs de la République ».

Ambiance dans le cirque médiatique du débat de l’UMP

Vidéo Erwan Manac’h

Après une introduction poignante, Jean-François Copé relit sa « lettre à un ami musulman », une épreuve dont on retiendra ceci : il faut, mesdames et messieurs, « alléger le fardeau qui pèse sur les musulmans de France ». Copé en a presque les larmes aux yeux. Juste avant de rire jaune. Le premier hic de la convention UMP est à mettre au crédit de Valérie Rosso-Debord, députée de Meurthe-et-Moselle et déléguée générale adjointe de l’UMP. D’un ton décidé, la madame Loyale présente un à un les participants à la première table ronde avant de... sécher sur le premier nom à consonance arabe. Boulette. Le journaliste Farid Hannache, co-auteur du livre « Pour l’islam de France », ne lui en tiendra pas rigueur. Ce sera d’ailleurs le même tarif pour son voisin d’estrade, Joël Mergui, président du Consistoire central de France. Tête de Jean-François Copé, qui s’en sort par une pirouette : « Que voulez-vous, Valérie n’est pas journaliste ». Ce sera le clou des deux premières heures de débat. A moins de vouloir distinguer la pagnolesque histoire de Jean-Claude Gaudin, dont la trame précise nous échappe déjà.

Dans la foulée de Jean-François Copé, le ministre du Budget François Baroin, en bon premier intervenant, lâche une bombe : « La laïcité c’est une valeur et une règle de même niveau qu’égalité ou fraternité ». Christophe Barbier, le patron de l’Express, décidément dans tous les bons coups, parvient à faire de la retape pour son magazine au cinquième mot prononcé. Pour l’écharpe rouge, « la laïcité c’est contenir la menace intégriste, et protéger les religions contre les autres religions ». Joël Mergui donne le maximum mais ne fait pas beaucoup mieux : « La laïcité, c’est bien vivre en soi pour bien vivre ensemble ».

Luc Chatel, lui, n’y va pas par quatre chemins : « On ne doit pas transiger avec la laïcité ». Bigre. Quand Gilles Bernheim, grand rabbin de France, venu « par principe », exprime ses réserves sur ce débat, l’atmosphère refroidit légèrement. Son « notre posture est morale et ne peut être politique » génère des applaudissements très mesurés, voire polis. Mais enchaînons, enchaînons, avec Gérard Longuet, pour qui un pouvoir faible « ouvrirait la voie vers tous les extrémismes ». En voilà un qui parle en connaisseur. On passera rapidement sur l’inspiré « les Républicains ont le devoir de débattre » de Farid Hannache ou l’avertissement conditionnel de Laurent Wauquiez - « Ce ne sont pas les religions qui minent la société, ce sont potentiellement les dérives intégristes » -. Car après deux heures de débat, Christophe Barbier est « rassuré » de voir qu’il n’y a « pas de problème de définition de la laïcité. Ne restent que les problèmes concrets. » C’est ça, la beauté de la chose avec l’entre-soi : on est tous d’accord.


→ Soutenez le prochain reportage de Politis.fr en Amérique du Nord, à la rencontre des victimes de l’exploitation des gaz de schiste et des militants opposés à cette technique destructrice.

Politis.fr


Devant l’UMP : le contre-coup de com’ d’une poignée de militants

17h30, mardi, devant le siège du parti présidentiel, rue de la Boétie à Paris : une quinzaine de personnes tient un étrange contre rassemblement, beaucoup moins couvert par les médias que le débat de Jean-François Copé, pour protester contre les termes du débat « sur la laïcité ».

Des étoiles vertes ont été distribuées par des membres du Collectif banlieues respect qui « rassemble des gens issus des banlieues, de bords politiques différents ».

Présent également pour le « Conseil des démocrates musulmans de France », Abderrahmane Dahmane, conseiller « diversité » de Nicolas Sarkozy pendant huit ans. Il se dit « étonné par le silence » du chef de l’État face aux dérives qu’il attribue à Jean-François Copé. « La seule chose que nous voulons, c’est le départ de Copé », juge-t-il en défendant Nicolas Sarkozy et sa conception de la « diversité » dans les premières années de son mandat présidentiel. « Je ne regrette pas du tout d’avoir soutenu le Président. C’est un homme très ouvert à la diversité », ajoute l’ancien conseiller technique de l’Élysée limogé le 11 mars pour avoir déclaré que « l’UMP de Copé c’est la peste pour les musulmans ».

- Lire aussi la fiche de Slate.fr sur Abderrahmane Dahmane

_Erwan Manac’h

Nota Bene :

Photos : Convention de l’UMP, 5 avril 2011 / Xavier Frison

Commenter (3)

Sur le même sujet
Commentaires de forum
  • Séb. Font. 6 avril 2011 à 00:53

    Christophe Barbier - on parle bien du même ?

    L’expert (mondialement reconnu) ès-laïcité ?

    Répondre à ce commentaire

  • xf_admin 6 avril 2011 à 12:53

    Absolument. En personne.

    Répondre à ce commentaire

  • mehdi 6 avril 2011 à 14:10

    L’application de l’islam est un ordre d’ALLAH pour tous les êtres humains de la planète ai compris Jean-François Copé a part si Copé n’est pas un être humain

    Répondre à ce commentaire

Commenter (3)

Sur le même sujet
haut-pub
L'association Pour Politis L'agenda militant Politis et vous

fl_g_signature
N°ISSN 2259-5988    Conception graphique › Clémence Knaebel    Design sonore › Cédric Boit    Développement › Gregory Fabre    Site réalisé avec Spip
fl_d_signature