Éditorial Clivage La semaine La suite Le dernier hebdo Acheter le dernier hebdo Archives Abonnement Soutenez Politis
Accueil du site > L’hebdo > Résistances > Petite enfance : un collectif pour dénoncer la pénurie de places en (...)

Par Clémence Glon - 17 octobre 2012

Petite enfance : un collectif pour dénoncer la pénurie de places en crèche

Le tout jeune collectif « crèchequisepasse » interpelle le gouvernement sur la bataille à mener pour placer son bébé dans une structure publique.

Une crèche sauvage installée sur les marches du ministère des affaires sociales et de la santé. Mercredi 17 octobre, derrière les poussettes et l’action médiatique, le collectif « crèchequisepasse », créé au début du mois, est venu interpeller Dominique Bertonotti, ministre déléguée à la famille, sur le manque criant de places en crèche.

En France, ils seraient entre 350 000 et 400 000 enfants en bas âge à ne pas y avoir accès. Politique de la petite enfance revue au rabais, manque de moyens des collectivités locales et professionnels du secteur débordés, les trentenaires du collectif réclament un rendez-vous avec la ministre. Une pétition de soutien est en ligne.

Commenter (2)

Commentaires de forum
  • Ben 19 octobre 2012 à 15:36

    Pas besoin d’être sociologue pour relever que les membres de ce collectif appartiennent à la petite bourgeoisie intellectuelle parisienne ou de proche banlieue. L’intervention de la futur maman de Montreuil est très instructive pour qui n’est pas familier avec le concept de gentrification... A aucun moment elle ne semble réaliser qu’il existe (encore) dans sa ville des couches modestes qui, de fait, sont prioritaires quant à l’accès aux structures publiques.

    Une autre approche permettrait aux membres du collectif de réaliser que si les places en crèche leur sont difficiles d’accès, c’est justement parce qu’ils sont au sommet de la nouvelle pyramide sociale qu’ils ont contribué à établir, via un processus de "colonisation douce" et d’expropriations indirectes dans des quartiers anciennement populaires. Le manque de places en crèche a beau être une réalité, on se doit de relever l’ironie de leur situation, qui est certes pénible mais pas injuste.

    Quoi qu’il en soit, l’avenir leur donnera gain de cause à mesure que l’embourgeoisement de certains quartiers s’accentuera, et que les mécanismes économiques et fonciers en auront chassés la totalité des indigents.

    Répondre à ce commentaire

  • Ben 22 octobre 2012 à 13:18

    Histoire d’ajouter à la complexité et à la sournoiserie de la chose, on notera que toute action publique visant à améliorer la qualité de vie des gentrifieurs se traduira par un renchérissement accéléré du foncier... C’est un des ressorts principaux de la conquête de l’espace urbain par les classes supérieures.

    Je vous laisse méditer la dessus...

    Répondre à ce commentaire

Commenter (2)

Sur le même sujet
L'association Pour Politis L'agenda militant Politis et vous

fl_g_signature
N°ISSN 2259-5988    Conception graphique › Clémence Knaebel    Design sonore › Cédric Boit    Développement › Gregory Fabre    Site réalisé avec Spip
fl_d_signature