Pauvreté : La famine menace 45 millions de personnes dans le monde

La dernière évaluation du Programme alimentaire mondial alerte sur une dégradation de la situation.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Ils étaient 42 millions menacés par la faim, ils sont aujourd’hui 3 millions de plus. C’est ce que révèle la dernière évaluation du Programme alimentaire mondial (PAM), publiée lundi 8 novembre. Une hausse qui s’explique, selon l’agence de l’ONU, par la détérioration de la situation économique et les nombreuses sécheresses qui ont frappé l’Afghanistan, où 3 millions de personnes supplémentaires sont à la limite de la famine. Le PAM, qui apporte une aide à près de 23 millions de personnes dans le pays, alerte sur l’urgence de la situation, avec des « familles obligées de vendre leurs enfants dans une tentative désespérée pour survivre ».

Actuellement, 43 pays sont concernés, parmi lesquels l’Éthiopie, l’Angola, le Kenya, le Burundi ou encore Haïti. À Madagascar, en République centrafricaine, au Congo-Kinshasa, au Congo-Brazzaville et en Somalie, plus de 35 % de la population est en insécurité alimentaire. En Syrie, pays en proie à une décennie de conflit, 12,4 millions de personnes sont menacées par la faim. Selon l’organisme des Nations unies, les familles faisant face à des situations d’insécurité alimentaire aiguë sont forcées de « faire des choix dévastateurs » : les enfants peuvent y être mariés très jeunes, sortis du système scolaire, ou encore nourris à base de criquets, de feuilles ou de cactus. « Des dizaines de millions de personnes sont au bord du gouffre. Les conflits, le changement climatique et le covid-19 ont augmenté le nombre des personnes en situation de famine aiguë », a déclaré le directeur exécutif du PAM, David Beasley. Avec cette augmentation, le coût de la prévention de la famine dans le monde s’élève aujourd’hui à 7 milliards de dollars, contre 6,6 milliards début 2021.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.