Les échos de la semaine

L'œil de Politis sur l'actualité hebdomadaire, en bref.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La Poste : deux mois de grève contre les cadences infernales

Elles sont épuisées, mais elles gardent espoir et tiennent depuis bientôt deux mois. À Miélan, petite commune du Gers, quatre factrices sont en grève depuis le 21 mai pour obtenir un renfort partiel. Elles n’arrivent plus à faire face à l’augmentation de leur charge de travail, imposée par une énième réorganisation de la distribution du courrier et la suppression de deux tournées et demie en trois ans.

Les suppressions de tournées, au rythme d’une réorganisation tous les deux ans, dépassent la baisse du volume de courrier, et c’est désormais un logiciel qui calcule la productivité attendue des factrices, tenues de distribuer un volume croissant de publicité dans toutes les boîtes, trois jours par semaine. Les cadences sont devenues intenables et les horaires de travail dérapent. « Il n’y a aucune transparence sur les données [servant au calcul des cadences], dénoncent-elles également. La direction ne prend pas du tout en compte la spécificité d’un département rural comme le Gers, où les routes sont dangereuses et où la population vieillit, ce qui représente du temps lorsque l’on doit par exemple remettre un recommandé. On ne peut pas appliquer à la campagne les mêmes cadences qu’en ville. » Dans ce centre de distribution du courrier qui dessert 23 villages environnants, La Poste a fait faire les tournées de Miélan par des postiers d’autres départements pour remplacer les grévistes. Mais celles-ci nourrissent de nouveau un espoir d’être entendues, depuis qu’elles ont été reçues, le 16 juillet, par une DRH opérationnelle, plus à l’écoute. « Nous étions dans un blocage, nous sommes juste contentes d’avoir eu de l’écoute », tempère le groupe de grévistes, contacté par téléphone.

Sur des revendications similaires, les postiers des Hauts-de-Seine ont obtenu en partie gain de cause, le 1er juillet, après quinze mois de grève.

L’IVG constitutionnalisée ?

Pour protéger ce « droit fondamental » qu’est l’IVG, une cinquantaine de députés PS, PCF et LFI vont déposer une proposition de loi afin de faire entrer dans la Constitution l’interdiction de l’entrave à l’avortement. Leur but: mettre fin aux « multiples ingérences politico-religieuses » qui menacent régulièrement ce droit. 130 centres pratiquant l’IVG ont fermé au cours des quinze dernières années en France.

Mondialisation : salariés d’Amazon de tous les pays

Entreprise mondialisée, Amazon avait-elle anticipé que ses salariés le seraient aussi ? Le 15 juillet, jour des super soldes du « Prime Day », en Europe et aux États-Unis, des milliers ont protesté contre leurs conditions de travail. Leur mot d’ordre : « non aux promos sur le dos des salaires ». En avril, les représentants syndicaux de 15 pays s’étaient réunis à Berlin pour coordonner leur lutte contre le géant adepte des cadences infernales, de la suppression des pauses, de la surveillance de ses employés et des salaires minables. « Nous avons reçu des informations horrifiantes sur des employés obligés d’uriner dans des bouteilles en plastique faute de pouvoir aller aux toilettes, ou sur des femmes enceintes forcées de rester debout et certaines visées par des licenciements », a dénoncé le syndicat britannique GMB.

Paris honore le Sea Watch 3

Salvini est furieux. La municipalité de la capitale a décidé de décorer de la médaille Grand Vermeil, « la plus haute distinction de la Ville », Carola Rackete et Pia Klemp, les deux femmes capitaines du navire Sea Watch 3, qui sauve des migrants en Méditerranée. Et, le faisant enrager davantage, d’accorder « une aide d’urgence » de 100 000 euros à l’association SOS Méditerranée pour l’aider à « affréter un nouveau bateau ». Chapeau Hidalgo !

Violences policières : la macronie persiste

Depuis des mois, les violences policières, blessés éborgnés par des Flash-Balls (ou LBD40), membres arrachés par des grenades, se comptent par dizaines. Sans oublier Zineb Redouane, octogénaire décédée après avoir reçu une lacrymo en pleine tête, chez elle, la fenêtre ouverte, alors qu’une manif était réprimée en bas, le 3 décembre à Marseille. Ou Geneviève Legay, 73 ans, jetée à terre par un policier le 23 mars à Nice, acte que le procureur a tenté de nier, notamment en confiant l’enquête… à l’épouse magistrate du commissaire responsable ! Non seulement le ministre de l’Intérieur couvre systématiquement les abus policiers, mais ce faisant, Castaner en encourage d’autres, comme le gazage à bout portant par des CRS, le 28 juin sur le pont de Sully à Paris, de manifestants climatiques assis au sol… Depuis un mois, les autorités n’ont pas dit un mot après la disparition à Nantes de Steve Caniço, 24 ans, probablement tombé dans la Loire après une charge brutale de CRS à 4 h 20 du matin, simplement pour couper le son d’une soirée en fin de Fête de la musique ! Pour les forces de l’ordre violentes, des éloges, pour les victimes, du silence, voire du dédain. La macronie confirme sans hésitation son visage autoritaire, et son mépris de l’État de droit.

Les casernes votent RN

Le lepénisme a la cote chez les militaires. Une étude Ifop réalisée dans les bureaux de vote où sont situées de grosses garnisons permet de déduire les préférences des uniformes. Ainsi, à Mailly-le-Camp (Aube), 1 600 habitants dont près de 1 000 soldats, la liste RN a obtenu 50,4 % aux européennes, soit 17 points de plus que la moyenne du département. La tendance touche aussi les gendarmes, les gardes républicains et le personnel pénitentiaire. Vraiment pas rassurant.

Cinéma : l’homme du président

La Macronie reconnaissante ! Le producteur Dominique Boutonnat, l’un des grands donateurs de la campagne de l’actuel Président, est pressenti par celui-ci pour diriger le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC). Entre-temps, le ministère de la Culture a commandé à Boutonnat un rapport sur le financement privé des œuvres, où il parle de « rentabilité » et de « produits culturels » et recommande « de maintenir et améliorer » le dispositif des sociétés de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel (Sofica), lui-même en détenant une, dont l’agrément a été délivré par… l’actuel gouvernement ! Des cinéastes pétitionnent et des producteurs se récrient pour dénoncer ce qui se profile : d’inévitables conflits d’intérêts et un CNC ne gardant du cinéma que l’industrie aux dépens de l’art. Boutonnat a produit en 2017 un film intitulé Money. Les gens voient des symboles partout…

Les gilets noirs, honneur de la République

Plusieurs centaines de réfugiés, rassemblés à l’appel de La Chapelle Debout !, ont envahi le 12 juillet le Panthéon, réclamant simplement leurs droits. Mais la réponse de la République fut l’envoi massif de CRS et une évacuation brutale, des gardes à vue, et pour certains une rétention administrative. Alors que la Cimade dénonce, dans une lettre ouverte à Castaner, la situation inique dans les CRA, résultat d’un enfermement massif, y compris de mineurs, conduisant à « la maltraitance des personnes étrangères »…

Immigration : les sans-papiers fichés au 115

La chasse aux sans-papiers se poursuit. Après le scandale des patrouilles d’agents de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii) prévues par la circulaire Collomb de décembre 2017 dans les centres d’hébergement d’urgence, les services intégrés de l’accueil et de l’orientation (SIAO) se voient demander de communiquer chaque mois à l’Ofii la liste des personnes demandeuses d’asile ou réfugiées hébergées par le 115. Quarante organisations, dont la Fnars, redoutent que « cet échange d’informations ait en réalité pour finalité d’identifier les étrangers présents dans l’hébergement d’urgence afin de procéder à des contrôles et à leur expulsion ou leur éloignement du territoire». Argument du ministère de l’Intérieur : c’est pour sortir ceux qui relèvent d’autres structures et libérer de la place. Sauf qu’il n’y a pas de places ailleurs…

Photo de la semaine : Arsenal fasciste

La police italienne a saisi un arsenal impressionnant chez des militants liés au parti d’extrême droite Forza Nuova, le 15 juillet. Au milieu de nombreuses armes et de symboles fascistes… un Matra Super 530 F, un missile air-air de fabrication française « en parfait état de marche » d’une portée de 25 kilomètres. Le fasciste Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur, a tardé à réagir avant de prétendre, le lendemain, que cette saisie serait liée à « un projet d’attentat par des étrangers » contre lui. Vraiment ?

Crédit photo : HO/Polizia di Stato/AFP


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents