Les échos de la semaine

L'œil de Politis sur l'actualité hebdomadaire, en bref.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


G7 : le contre-sommet de la société civile

La rentrée militante s’annonce torride. Comme chaque année, la société civile tiendra sommet, notamment autour des altermondialistes d’Attac. Mais la convergence repousse cette fois de nouvelles frontières, avec le renfort d’un important contingent d’ONG européennes, de syndicats, du mouvement écolo et du réseau basque (Oxfam, les Amis de la terre, Sherpa, la LDH, notamment). Le rendez-vous est pris du 21 au 23 août à Hendaye et à Irun, à la frontière franco-espagnole et à portée de manifestation de Biarritz, où se tiendra le week-end suivant le sommet du G7, réunissant les chefs d’État et de gouvernement des sept plus grosses économies du globe. Un conclave destiné, ni plus ni moins, à « rendre le capitalisme plus juste ».

La coalition d’organisations citoyennes et syndicales compte manifester « de façon pacifique mais déterminée » le 24 août, pour tenter de parasiter le récital propret des présidents et consorts avec une partition plus bruyante, particulièrement axée sur l’urgence climatique. Lors de la manifestation « test » en juillet, des membres d’Attac ont défilé déguisés en « miss Fukushima », « Monsanto » ou « Gardane », afin de rappeler les scandales sanitaires ou écologiques. En réponse au bouclage d’un large périmètre pour l’accueil des chefs d’État, sept places publiques autour de la zone de sécurité du G7 doivent également être occupées dimanche 25 août.

Le dispositif de sécurité s’annonce important et prévoit notamment l’utilisation du centre de rétention administrative pour réfugiés d’Hendaye, laissé vide pendant la période estivale, pour y enfermer des manifestants. Les 27 organisations prenant part à l’événement redoutent déjà une répression disproportionnée, notamment avec des arrestations préventives, qui se banalisent depuis 2015. La plateforme « G7 EZ ! Non au G7 », créée pour l’occasion, compte bien faire entendre et comprendre à la planète son ambition : « Construire un nouveau monde ! »

Les Russes manifestent pour une élection libre

Plus de 20 000 personnes ont bravé le pouvoir poutinien en se rassemblant dans le centre de Moscou pour réclamer un peu de démocratie. Les Moscovites élisent leur parlement le 8 septembre, mais la commission électorale a exclu 57 candidats, soit la quasi-totalité des opposants au pouvoir, pour des vices de forme fabriqués de toutes pièces…

Climat : Greta Thunberg : « Écoutez les scientifiques »

Greta Thunberg et trois représentants de Youth for climate France, Ivy Boileau, Virgile Mouquet et Alicia Arquetoux, ont rappelé l’urgence écologique et climatique devant des députés et des ministres, tout ouïe. La jeune Suédoise a asséné chiffres et faits pour tancer ses détracteurs, qui se sont excités sur les réseaux sociaux et les plateaux de télé. « Nous ne sommes que des enfants, vous n’avez pas le devoir de nous écouter mais vous avez le devoir d’écouter les scientifiques. » La climatologue Valérie Masson-Delmotte a pris le relais et remercié les jeunes de l’avoir conviée à prendre la parole… L’invitation n’est jamais venue des politiques. « Le plus gros danger, c’est lorsque les entreprises, les politiques font semblant d’agir alors que rien n’est fait sauf de belles campagnes de communication », a clamé Greta Thunberg. Espérons que Brune Poirson, présente au premier rang, transmette ce message !

Humanitaire : l’Ocean Viking succède à l’Aquarius

SOS Méditerranée et Médecins sans frontières le martelaient depuis bientôt huit mois : ils retournent en mer. Plus robuste et plus stable que l’Aquarius, qui l’a précédé de février 2016 à décembre 2018, l’Ocean Viking, qui bat pavillon norvégien, reprendra les activités de sauvetage pour le compte de l’ONG au large des côtes libyennes. Pour le moment, le bateau fait route vers la Méditerranée, où il opérera avec un équipage de 31 membres, dont 13 marins sauveteurs de SOS Méditerranée, 9 membres de MSF et un équipage maritime de 9 personnes.

Depuis 2014, près de 20 000 hommes, femmes et enfants sont morts noyés en Méditerranée en tentant la traversée. « Les unités navales de l’opération européenne Sophia ont quitté la zone et les États européens mènent toujours une intense campagne de criminalisation à l’encontre des navires opérés par la société civile », rappelle Frédéric Penard, directeur des opérations pour l’ONG. Avec l’Aquarius, SOS Méditerranée a secouru 29 523 personnes qui tentaient d’échapper à l’escalade des violences en Libye et aux conditions de vie déplorables dans les centres de rétention du pays.

Algérie : le peuple ne transige pas avec la transition

Le 18 juillet, 22e vendredi de manifestations massives, s’est terminé par la victoire des Fennecs en finale de la Coupe d’Afrique des nations, apothéose qui a soulevé une vague de joie et de fierté chez les Algériens du monde entier. Le foot est un puissant vecteur de mobilisation populaire, et ce succès a renforcé la confiance du peuple, qui ne lâche rien face au pouvoir déliquescent. Politiquement, la situation se polarise entre les partis politiques d’opposition, plutôt partisans d’organiser une élection présidentielle à court terme, et les organisations de la société civile, qui insistent pour un long processus de transition préalable. Tous sont unanimes en revanche pour exiger la libération des détenus politiques et d’opinion, l’ouverture des champs politique et médiatique, l’arrêt immédiat de la répression, et l’exclusion absolue du processus des représentants du pouvoir et de l’armée. Le chemin est encore long, mais le hirak a fait la démonstration de sa formidable unité et de sa force depuis la première manifestation, le 22 février.

Sécheresse et sueurs froides

La France est en ébullition et n’a pas reçu sa dose de pluie nécessaire depuis un an. Une menace qui plane sur toute l’Europe. L’Espagne a reçu environ 25 % de moins de pluies que la moyenne 1981 - 2010, la Lituanie a décrété une « situation d’urgence », les feux de forêt au Portugal se propagent à cause du vent et de la sécheresse…

Puiser indéfiniment dans nos stocks d’eau est illusoire. Dans un rapport publié en juillet, le WWF signale qu’en Europe 60 % des eaux de rivières, des lacs et des zones humides ne « sont pas saines et ne correspondent pas aux objectifs de “bon état” écologique et chimique fixés par la directive-cadre sur l’eau (DCE) », et incite à agir en s’appuyant sur la nature pour mieux gérer les ressources en eau douce.

Justice : le nom de Macron dans l’affaire Alstom

Le dossier Alstom-General Electric s’épaissit. L’association Anticor vient de déposer une double plainte pour « corruption » et « détournement de fonds », afin que la justice française se penche sur les cas de corruption reconnus par Alstom en 2014 devant la justice américaine. Ces déboires, et 772 millions de dollars d’amende, l’avaient forcé à céder sa branche énergie à son concurrent américain General Electric. Or, second volet de la plainte, l’État – et le ministre de l’Économie de l’époque, Emmanuel Macron – n’a pas profité, lors de cette vente, d’un accord qui lui aurait permis d’acquérir 20 % des actions d’Alstom, pour une plus-value estimée à 350 millions d’euros. Pactole finalement récupéré par Bouygues. Voilà qui devrait intéresser le parquet financier, déjà saisi d’un premier signalement par le député LR Olivier Marleix.

La photo de la semaine : les Portoricains contre leur gouverneur

© Politis

Les manifestants déferlent, le 22 juillet, sur San Juan, à Porto Rico, au neuvième jour d’une mobilisation massive réclamant la démission du gouverneur de l’île, Ricardo Rossello. La contestation est née de la fuite de centaines de messages dans lesquels lui et onze membres de son administration (tous des hommes) critiquent des officiels, des politiciens et des journalistes, parfois avec une tonalité homophobe, ou ironisent sur les morts de l’ouragan Maria, qui avait tué 3 000 personnes en 2017.


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents