Tourisme de masse : Protestations en Corse et à Venise

En cause : la spéculation immobilière causée par l’afflux touristique et le retour des grands navires de croisière dans la lagune de la cité des doges.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


À Venise, un premier paquebot a pénétré dans l’enceinte de la ville, samedi 5 juin, après dix-sept mois d’absence pour cause de pandémie. Un retour qui a provoqué la colère du mouvement No grandi navi (« Non, aux bateaux de croisière »). Une mobilisation a été organisée pour dénoncer les dégâts provoqués par le passage de ces immenses navires. Les bateaux de croisière raclent le fond de la lagune à chaque passage, polluent avec la fumée de leurs cheminées et déversent des milliers de visiteurs dans les rues déjà saturées de Venise. Fin mai, le gouvernement a interdit l’accès à ces navires mais, dans les faits, cela ne sera pas respecté tant que le terminal extérieur à la ville ne sera pas achevé, ce qui risque de prendre plusieurs années.

Notre dossier > Venise : Manne et malédiction du tourisme

Le même jour, en Corse, les militants du mouvement nationaliste Corsica Libera ont occupé un complexe hôtelier à Lecci (Corse-du-Sud). « Les spéculateurs dehors ! Maintenant ça suffit ! » pouvait-on lire, écrit en corse, sur les banderoles accrochées à la façade de l’hôtel. Les militants dénoncent la spéculation immobilière qui règne sur l’île, en grande partie due au tourisme, empêchant la majorité des Corses d’accéder à la propriété.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.