Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Violences policières : La victime condamnée

Deux ans de prison ferme et 15 000 euros de dommages et intérêts. Voilà la peine dont a écopé Nordine B., 37 ans, pour un incident qui s’est déroulé cet été à Stains, en Seine-Saint-Denis. L’accusé aurait tenté d’échapper à un contrôle de police en mettant en danger les officiers qui l’avaient arrêté alors qu’il était alcoolisé. Sauf que Nordine B. est handicapé à vie à la suite de cet incident : en pleine nuit, il a reçu six balles dans le corps, et sa compagne une dans le bas du dos, tirées par des agents de la BAC de Stains, qui ne portaient, selon lui, aucun signe distinctif qui lui aurait permis de les identifier comme tels. Les policiers se sont constitués partie civile contre lui, en raison du « retentissement psychologique » des tirs effectués, malgré l’enquête de l’IGPN qui les vise. Son avocat, Me Yassine Bouzrou, a annoncé faire appel de la peine, qui s’accompagnait d’un mandat de dépôt immédiat.

Santé : Didier Raoult, l’élite de l’éthique

Après les faibles études sur les « traitements précoces », les surfacturations de ces mêmes traitements à la Sécurité sociale et aux patients, les scandales aux publications scientifiques, les témoignages de harcèlement professionnel, sans compter la communication à contre-sens du consensus scientifique sur le covid et les vaccins, ce sont les arrangements avec l’éthique à l’IHU de Marseille qui sont dans le collimateur de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Dans un rapport dévoilé par Mediapart, l’agence relève des dysfonctionnements « totalement inacceptables » dans des études menées par les équipes de Didier Raoult. Absence de consultation, pourtant obligatoire, d’un comité de protection des personnes ; patients, y compris mineurs, inclus dans des essais sans que leur consentement ait été recueilli ; avis défavorables de commissions d’éthique outrepassés ; études avec prélèvements rectaux ou vaginaux maquillées en « études observationnelles ». Plus grave, essais jugés dangereux sur des personnes atteintes de tuberculose, ou encore documents possiblement falsifiés remis aux inspecteurs. Certains de ces éléments sont passibles de sanctions pénales et ont été transmis au procureur. Mais on peut s’interroger sur le réveil tardif des tutelles, alors que ces éléments étaient largement connus grâce aux enquêtes de L’Express, du Monde, de Libération ou de Mediapart.

Parti communiste : La défense caoutchouteuse de Roussel

Fabien Roussel a-t-il été de 2009 à 2014 « un assistant parlementaire fantôme » ? Mediapart affirme que le patron du PCF « a été rémunéré pour un temps plein » 3 000 euros net pendant cinq ans par le député PCF du Nord Jean-Jacques Candelier, alors qu’il « ne travaillait pas à [sa] permanence » et que « des anciens collègues ne savent pas dire ce qu’il faisait ». Sollicité à plusieurs reprises par nos confrères, le candidat ne leur a fourni aucune preuve de son travail. « Peiné » d’être « attaqué dans [son] intégrité », il conteste la rémunération citée et soutient depuis avoir été « un assistant parlementaire de terrain » qui sillonnait la circonscription pour nourrir les interventions de son député : « Les pneus de ma voiture s’en souviennent », a-t-il lancé sur Europe 1.

Énergie : Le gouvernement renfloue encore EDF

En 2021, le groupe a fait des profits et ce n’est pas près de s’arrêter. Si EDF a vu son bénéfice net atteindre 5,1 milliards d’euros l’année dernière, soit huit fois plus qu’en 2020, son PDG, Jean-Bernard Lévy, a annoncé ce 18 février un « plan d’actions » pour affronter les difficultés que connaîtra le groupe cette année. Comprendre : l’État va renflouer les caisses d’EDF. Une injection à hauteur de 2,1 milliards d’euros passant par une augmentation du capital, a annoncé Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, sur RTL le même jour. La justification du groupe, détenu à près de 84 % par l’État ? L’inactivité d’environ 20 % de son parc nucléaire et l’impact des décisions gouvernementales visant à limiter la hausse des factures d’électricité.

Complotisme : Soral, Internet et les antivax

On connaît Alain Soral pour son antisémitisme, son complotisme, et sa tendance à parrainer un peu tout ce qui existe en termes d’extrême droite obscure sur Internet. La pandémie de covid-19 lui a donc ouvert un nouveau boulevard, avec toute une série de rejetons à promouvoir et à conseiller malgré la fermeture de sa chaîne YouTube. Une enquête détaillée de Streetpress, parue le 22 février, cartographie la galaxie Soral au cœur du complotisme antivax, mais aussi tous ceux qui ont profité de la pandémie pour se réinventer dans le conspirationnisme antisémite. Chaînes YouTube, influenceurs, pseudo-stars de télé-réalité, médias, newsletter… tous ont été un jour proches de Soral, et de son site, Égalité et Réconciliation.

L’indignation sélective du PS

Dimanche, Le JDD révélait que l’ex-ministre socialiste Élisabeth Guigou travaille avec l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron. Le président sortant avait aussi reçu la veille le soutien de l’ex-ministre socialiste de la Santé Marisol Touraine, pour qui il représente « le vote utile et responsable » (Le Parisien, 19 février). Ces annonces n’ont suscité aucune réaction indignée du PS contrairement à celle de Ségolène Royal indiquant que Jean-Luc Mélenchon incarnait « le vote utile à gauche ».

« Comme l’arme de papa et maman »

Depuis la mi-janvier, le fabricant d’armes américain WEE1 Tactical commercialise en vente libre des fusils semi-automatiques pour enfant. « C’est la première des nombreuses armes qui aideront les adultes à faire découvrir aux enfants le sport de tir en toute sécurité », veut rassurer la compagnie. Les armes à feu ont fait 45 000 victimes en 2021 dans le pays, dont plus de 1 500 mineurs.

Élimas s’accroche

Quitter le gouvernement ? Nathalie Élimas, secrétaire d’État chargée de l’éducation prioritaire, « a refusé l’option », selon une source à l’Élysée, citée par Europe 1. Accusée de harcèlement sur ses collaborateurs, elle est l’objet d’une enquête administrative, dont les premières conclusions se révéleraient « terribles » pour elle. D’après son cabinet, elle continue de travailler mais devrait prendre « quelques jours de congé » cette semaine.

Payez, vous êtes filmés !

À la préfecture de police de Paris, on ne lésine pas sur la sécurité. Même si ça coûte cher. Très cher. Alors que le contrat passé en 2010 par l’État pour des milliers de caméras connectées concluait à un total de 225 millions d’euros sur seize ans, la Cour des comptes a sonné l’alerte. Dans leur audit, les « sages » ont estimé qu’il allait plutôt frôler… les 500 millions. Ils critiquent aussi la pertinence du partenariat public-privé. « De quoi je me mêle ! » répond-on dans certains commissariats, selon Le Figaro. Décidément, tout le monde déteste la police.

Au nom de la France, merci

Christine Kelly a été promue officière de l’ordre national du Mérite par le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, en présence de Pascal Praud et de Jean-Marc Morandini. Décorée chevalière du même ordre en 2010, alors qu’elle était membre du CSA, Christine Kelly a cette fois remercié le ministère de soutenir son courage de poursuivre depuis trois ans son émission « Face à l’info », qui lui vaut des menaces de mort, notamment à cause des interventions d’Éric Zemmour. Ou comment conforter l’omniprésence du champion de Bolloré.

Bras tendu à Bruxelles

Un simple geste d’« excuse ». C’est le motif avancé par l’eurodéputé nationaliste bulgare Angel Dzhambazki pour justifier ce qui a été perçu comme un salut nazi. Depuis son bras tendu, après des débats houleux sur l’État de droit en Hongrie et en Pologne, le Parlement européen a lancé une procédure d’enquête interne. En décembre 2019, cet élu avait proféré des insultes racistes à l’encontre des députés Karima Delli et Ismail Ertug.

OPA sur la Croix-Rouge

La Croix-Rouge et Ramsay Santé, filiale d’un groupe coté en Bourse, sont en négociations exclusives pour la cession de sept établissements d’Île-de-France. Un projet qui inquiète François Crémieux, directeur général de l’AP-HM dans Le Monde : « On ne peut regarder sans débattre un groupe de santé privé reprendre des centres de la Croix-Rouge. » La décision sera prise en avril, selon Hospimedia.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.