haut-pub
Accueil du site > Les blogs de Politis > Claude-Marie Vadrot > La prière du 15 août contre les homos et l’union sacrée des religions contre la (...)

Par Claude-Marie Vadrot - 15 août 2012

La prière du 15 août contre les homos et l’union sacrée des religions contre la société. A chaque religion ses Pussy Riot !

Le cardinal je ne sais plus combien mais en retard d’au moins une civilisation, vient de concocter au pays une prière à la vierge Marie visant les couples homosexuels. Relayée sur les ondes et dans les médias par les exhortations de monseigneur Podvin, autre handicapé patronymique, expliquant comme porte-parole de l’Eglise, qu’en dehors de la famille traditionnelle, papa et maman, il n’y a pas de salut. Non seulement il fustige ainsi les homos des deux sexes mais en plus il fait l’impasse sur les familles monoparentales. Donc, s’appuyant sur une minorité de cathos réacs dont le nombre va (heureusement) s’amenuisant, la hiérarchie catholique s’exerce au rétropédalage sociétal en guise de bouée de sauvetage et le fait savoir en chaire ; comme au temps où ses prêches et discours soutenaient le Maréchal Pétain qualifié « d’homme providentiel ». Dans ce domaine de l’inclination sexuelle comme dans d’autres l’Eglise catholique retourne vers son passé ; car on oublie vite les prières, les prêches voire les processions défilant contre la contraception, les recherches génétiques et l’avortement.

Alors que les processions religieuses, toutes croyances confondues, sont théoriquement interdites sur la voie publique depuis le 18 germinal 1802 dans les communes possédant une église (ou un temple). La loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat introduit un régime d’autorisation municipale ou préfectorale (comme pour une manif), sauf si elles sont considérées comme faisant partie d’une « tradition ancienne ». Mais, à Paris comme en province, les processions « sauvages » accompagnés de chants et de banderoles « politiques » se multiplient. Un aspect de l’évolution catholique qui a été soigneusement occulté lors de la dénonciation (parfaitement justifiée bien qu’hélas chargée d’arrière-pensées...) des prières de rue pratiquées par des musulmans. D’ailleurs, en ce qui concerne l’avortement, la contraception et le refus du fait homosexuel la plupart des musulmans pratiquants sont aussi réacs que les cathos. Il suffit d’écouter les prêches de mosquée pour s’en convaincre. Les catholiques, comme les pratiquant juifs ou de l’islam de plus en plus intolérants et faisant pression sur la société, comme les baptistes, les adventistes et autres sectes « protestantes », se trompent de siécle et de civilisation.

Ce qui est gênant, ce n’est pas la renaissance du fait religieux (chacun son opium puisque que c’est logiquement en vente libre), mais ce sont ses débordements de plus en plus fréquents sur l’espace public et sur les pratiques publiques. Les religions repartent ou partent à l’assaut pour se sauver d’une disparition progressive. Je suis prêt à me battre, à signer des pétitions pour que l’on rouvre des églises ou des temples, pour que l’on construise de nouvelles mosquées ou des synagogues, mais que toutes ces religions restent dans leurs maisons, qu’elles ne tentent pas, comme elles le font de plus en plus et en toute entente « objective », voire occulte, d’envahir l’espace public, de régenter la vie des citoyens. Que ceux ci ne soient pas croyants en un quelconque dieu ou qu’en adorant un ils ne trouvent pas normal d’imposer leurs habitudes, leurs dogmes ou leurs préjugés. Au catholiques, aux baptistes, aux musulmans, aux juifs, aux orthodoxes, je ne peux que dire : croyez, priez mais foutez nous la paix !

Du rejet de l’évolutionnisme (oui, même en France) à celui de l’avortement ou de la contraception en passant par le voile ou la perruque pour les femmes, le refus de certaines viandes ou le ramadan qui ne sont que les reliquats de vieilles superstitions n’ayant rien à voir avec une foi respectable, le fait religieux imprègne de plus en plus insidieusement notre société et cherche à lui imposer ses interdits, ses menus, ses dogmes et ses superstitions. L’ex-président Sarkozy les a aidé : que l’on se souvienne de ses tentatives de séduction envers la religion musulmane, de ses câlineries à la religion juive et de son affirmation de la supériorité du curé sur l’instituteur. Alors, les religions, toutes les religions, se croient tout permis comme le montrent les oppositions physiques à l’avortement, les pétitions contre les pilules du lendemain ou l’irruption dans l’éducation, par le biais des refus de la science ou l’exigence du respect des pratiques publiques des uns et des autres. Dans quel état, par exemple, sera notre société, quand les étudiants ou les élèves ne « devront » plus venir étudier le vendredi, le samedi ou le dimanche pour cause de religion ou quand l’éducation religieuse obtiendra droit de cité ? Dans quel état sera le pays le jour ou trop d’étudiants refuseront, des sorties de travail sur le terrain sous prétexte qu’elles sont mixtes comme cela commence à se produire !

La foi n’a rien à voir avec le respect ou la reprise de vieilles lunes puisées par les religions dans l’obscurantisme de leur passé.

P.-S.

Deux ans de camp pour les membres de Pussy Riot

Pour avoir chanté une prière à la Vierge contre Poutine dans la cathédrale du Saint Sauveur de Moscou, une énorme église reconstruite en béton au centre de la capitale dans les années 90 et imitant celle qui avait été détruite dans les années 30 sous le prédécesseur de Poutine un certain Staline. Par cette "acte de recontruction" à l’identique, la hiérarchie orthodoxe a repris de pouvoir sur la Russie ou l’Eglise se confond désormais avec le pouvoir. Il faut savoir pour apprécier la gravité de la condamnation des trois jeunes femmes, qu’elles passeront deux années non pas en prison mais dans des camps de travail où les conditions de détention sont terribles. Voilà où mène la prise de pouvoir d’une religion dans la société civile !

Ce jugement en dit long à la fois sur le caractère profondément rétrograde de la (très riche) religion orthodoxe (pas seulement en Russie) qui considère l’Occident comme l’incarnation du Mal. Une attitude qui ressemble beaucoup à celle de Poutine et de l’équipe d’anciens du KGB sur laquelle il s’appuie à Moscou et en province dont la nostalgie de l’URSS, celle de Brejnev est évidente et souvent exprimée.

Face à ces nouveaux réactionnaires à tendance dictatoriale, l’opposition disparate (et souvent également nationaliste) n’a hélas pas de propositions sérieuses. Crier dans les rues contre la corruption ne fait pas une alternative politique.

Commenter (14)

Commentaires de forum
  • Ces fameux débordements sur l’espace public dont vous faites mention ne sont possibles uniquement parce que nos radios publiques se font l’écho de leurs insanités ! Sinon qui serait au courant à part ceux qui fréquentent de près ces maisons fermées (j’ai pas dis closes...)

    Répondre à ce commentaire

  • Les médias ne peuvent pas choisir entre la "bonne" et la "mauvaise" information, ils reflètent une réalité.

    Répondre à ce commentaire

  • La définition même de l’intégriste est :
    qu’ils ne tolèrent pas les opinions des autres
    qu’ils souhaitent leur imposer leur propre opinion

    L’attitude agressive de l’Eglise vis à vis des homosexuels est proche de la vôtre concernant les gens qui souhaitent pratiquer leur religion, par exemple ceux qui jeûnent en ce moment.
    Mettre dans le même sac une pratique personnel et une tentative ridicule de médiatiser leur opinion est vraiment un manque de respect. Faire le lien entre une critique des intégristes catho et des idées similaires à l’idéologie sarkoziste anti-musulmane est profondément ridicule et est contraire à ce que vous dites au début de votre article.

    La plupart des croyants et des non-croyants acceptent les opinions différentes des autres. Votre prose est beaucoup plus rétrograde que les religions que vous visez.

    Répondre à ce commentaire

    •  

      Je vise toutes les religions qui sortent de la sphère privée et qui perpétuent des superstitions qui n’ont rien à voir avec une foi et la croyance dans un dieu.

      Je respecte toutes les religions et agirais toujours pour qu’elles puissent avoir des lieux de prière mais je veux qu’elles me foutent la paix dans l’organisation de la société, dans la sphère publique, dans les écoles et à l’université.

      Je ne suis ni anti-catho, ni anti-religion juive, ni anti-musulman, ni anti-orthodoxe, ni anti-baptiste que cela soit bien clair et je regrette que vous ne lisiez que ce qui vous arrange.

      Répondre à ce commentaire

      •  

        Il y a 2 types de médiatisation : la souhaitée et la subie.
        Ici vous mélangez les deux en disant que vous ne souhaitez plus être harcelé par les religions dans les médias. Mais, pour continuer sur l’exemple des musulmans, ils ressentent exactement le même sentiment de "foutez-nous la paix !" vis-à-vis des médias. La plupart n’ont pas demandé à être médiatisés pour leur voile ou la viande qu’ils mangent ou, encore pire, pour leur jeûne.

        2e point vous partez d’une utopie en disant :
        "Dans quel état, par exemple, sera notre société, quand les étudiants ou les élèves ne « devront » plus venir étudier le vendredi, le samedi ou le dimanche pour cause de religion "
        Jusqu’à nouvel ordre en France les écoles sont fermées le dimanche. Et cela a purement à voir avec la religion !

        Pour conclure je trouve l’idée générale de votre article plutôt bonne. J’ai été choqué par la tribune qu’ont fourni les médias à l’Église catholique. Mais je déplore
        1) l’amalgame que vous faites entre les religieux et les croyants
        2) votre manque d’empathie envers des gens qui souhaitent eux aussi qu’on leur laisse vivre leur vie selon leurs propres choix.

        Répondre à ce commentaire

        •  

          La médiatisation est souhaitée par les croyants (hiérarchie ou citoyens) qui veulent peser sur la société pour qu’elle admette leurs empiètements grandissants sur la vie courante ( du refus du mariage des homosexuels à la viande halal en passant par la sabbat, l’opposition à l’avortement ou le refus religieux du darwinisme, etc.).

          Je n’ai rien contre les croyants, je veux simplement qu’ils "croient" chez eux ou dans leurs temples et qu’ils n’imposent ni leur ordre morale ni leurs superstitions au reste de la société.

          Répondre à ce commentaire

  • ? ?

    NON, je propose la prière du 16 août pour les hommes et les femmes de tous bords.

    Quand nous cesserons d’être gouverné par la peur... la peur des différences, la peur de l’autre, la peur de manquer, la peur de ne pas être apprécié, la peur d’être seul...
    plus personne, ni aucune institution ne pourra plus nous dicter ses lois, ni nous asservir, ni semer la dissension pour mieux régner.

    VOICI UNE AUTRE PRIERE, à méditer.

    LA PRIERE DU NOTRE PEUR

    Notre peur qui es en nous,
    Que ton nom soit démystifié,
    Que ton règne cesse.
    Que notre volonté soit telle
    Que sur la terre comme au ciel
    Nous donnions aujourd’hui
    Un peu de pain, beaucoup d’amour.
    Pardonnons-nous nos errances
    Et mélangeons nos différences
    Avec ceux qui nous ont offensés.
    Ne nous soumets pas à la tentation
    De dire du mal,
    Car c’est à nous qu’il appartient
    De régner sans puissance et sans gloire
    Aux siècles des siècles,
    Amen.

    Répondre à ce commentaire

  • Je suis triste de constater que la diversité des personnes et des pensées ne sont même plus défendues par des gens qui ont fait de leur vie une bataille pour leur permettre d’exister. Cet article en est le constat. Pas de recul, pas même le citation de cette prière. On en est réduit à une attaque qui manque cruellement de consistance et qui n’invite aucunement les lecteurs a comprendre le sens même du message. Vous trouverez deux éléments :
    1er : la définition de l’homophobie
    2 : la prière faisant polémique

    L’homophobie est l’hostilité, explicite ou implicite, mais violente et agressive envers des individus dont les préférences amoureuses ou sexuelles concernent des individus de même sexe. Cette hostilité relèverait de la peur, de la haine, de l’aversion ou encore de la désapprobation intellectuelle intolérante envers l’homosexualité. L’homophobie englobe donc les préjugés sur l’homosexualité, lorsqu’ils se traduisent par des attitudes violentes, et les discriminations (emploi, logement, services) envers les homosexuels. « De même que la xénophobie, le racisme ou l’antisémitisme, l’homophobie paraît être une désignation de l’autre comme le mauvais contraire, inférieur ou anormal1. » L’homophobie peut aller jusqu’au meurtre ou, plus souvent, à la condamnation à mort institutionnalisée

    Frères et Sœurs,

    En ce jour où nous célébrons l’Assomption de la Vierge Marie, sous le patronage de qui a été placée la France, présentons à Dieu, par l’intercession de Notre-Dame, nos prières confiantes pour notre pays :

    1. En ces temps de crise économique, beaucoup de nos concitoyens sont victimes de restrictions diverses et voient l’avenir avec inquiétude ; prions pour celles et ceux qui ont des pouvoirs de décision dans ce domaine et demandons à Dieu qu’il nous rende plus généreux encore dans la solidarité avec nos semblables.

    2. Pour celles et ceux qui on été récemment élus pour légiférer et gouverner ; que leur sens du bien commun de la société l’emporte sur les requêtes particulières et qu’ils aient la force de suivre les indications de leur conscience.

    3. Pour les familles ; que leur attente légitime d’un soutien de la société ne soit pas déçue ; que leurs membres se soutiennent avec fidélité et tendresse tout au long de leur existence, particulièrement dans les moments douloureux. Que l’engagement des époux l’un envers l’autre et envers leurs enfants soient un signe de la fidélité de l’amour.

    4. Pour les enfants et les jeunes ; que tous nous aidions chacun à découvrir son propre chemin pour progresser vers le bonheur ; qu’ils cessent d’être les objets des désirs et des conflits des adultes pour bénéficier pleinement de l’amour d’un père et d’une mère. Seigneur notre Dieu, nous te confions l’avenir de notre pays. Par l’intercession de Notre-Dame, accorde-nous le courage de faire les choix nécessaires à une meilleure qualité de vie pour tous et à l’épanouissement de notre jeunesse grâce à des familles fortes et fidèles. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur.

    Entre la définition et la prière, je ne trouve pas d’hostilité violente ou agressive.... donc pas d’homophobie mais plutôt un discours des plus normal pour un groupe de personne soucieux de faire entendre leur réalité et leur conviction. "Il n’y a de richesses que d’Hommes" Enrichissons-nous !!!!

    Répondre à ce commentaire

    •  

      Qui a écrit le mot "homophobie" ? Pas moi, mais vous.... C’est curieux, non ???

      Pour le reste : pendant mon séjour en URSS comme journaliste, j’ai toujours dit aux orthodoxes (moins réprimés qu’on le dit....) : je me bats pour que vous puissiez fréquenter normalement vos églises mais quand la liberté sera revenue, je me battrais pour dénoncer votre idéologie réactionnaire rétrograde.

      Idéologie qui amène cette religion à faire condamner trois chanteuses qui contestent la fusion de l’Eglise et de l’Etat Russe.

      Répondre à ce commentaire

      •  

        C’est le paradoxe de nos positions tolérantes. J’aimerai que les musulmans de France aient des mosquées décentes pour prier, mais en tant que gay l’influence de cette religion et des autres m’est des plus préjudiciables. J’ai grandi dans une religion catho, tolérante, humaniste (post vatican II), or les religions se crispent aujourd’hui dans des délires médiévaux ou millénaristes et elles veulent reconquérir l’influence perdue.

        Répondre à ce commentaire

  • xano 20 août 2012 à 05:25

    Je ne suis pas du tout inféodé à une quelconque religion, pourtant je ne vois pas en quoi le curé dont il est question dans cet article serait en retard d’une évolution. Je ne vois pas non plus, ce que le mariage gay apporte comme progrès à notre société, sinon un bouleversement de tous les codes sociaux et une fragilisation plus grande, s’il en était besoin, de la famille traditionnelle. Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi les homos, qui revendiquent leur différence, éprouvent ce besoin de reconnaissance de normalité. Mais nous ne sommes pas à une contradiction près dans cette affaire.

    Répondre à ce commentaire

  • Aleyf Beyt 20 août 2012 à 22:47

    Ne croyez vous pas qu’à force de dire comme Voltaire ,nous finirons par nous faire bouffer par des gens qui en ont rien à faire de Voltaire,nous serons des Chrétiens qui tendent la joue et en plus dans certains pays comme l’Egypte et peut etre le Liban bientot ?
    Les religieux sont dangereux quand ils sont dans une recherche de pouvoir .
    Tout irait bien si ils restaient à l’abbaye de Solesmes et qu’ils chantaient !
    Je me méfie ,restons laics en France §

    Répondre à ce commentaire

Commenter (14)

Commenter

haut-pub
« septembre 2014
lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
 

fl_g_signature
N°ISSN 2259-5988    Conception graphique › Clémence Knaebel    Design sonore › Cédric Boit    Développement › Gregory Fabre    Site réalisé avec Spip
fl_d_signature