Dossier : Palestine : une guerre, trois fronts

Palestine :  une guerre, trois fronts

Ceux qui à Jérusalem, à Washington et à Paris ferment toute issue au conflit jouent les apprentis sorciers.

Le conflit israélo-palestinien s’est-il éteint de lui-même ? Le sujet, qui a occupé la une de la presse pendant plusieurs décennies, n’apparaît plus aujourd’hui que sporadiquement. Une offensive israélienne sur Gaza, comme au mois d’août, une flambée de violence sur l’esplanade des Mosquées de Jérusalem, l’attaque meurtrière contre trois Israéliens à Elad, en mai, la mort d’une journaliste d’Al-Jazira, Shireen Abu Akleh, tuée le 11 mai par l’armée israélienne, ou encore les provocations du député fasciste Itamar Ben-Gvir font ressurgir la Palestine dans l’actualité, après et avant de longs mois de silence. Mais ces épisodes semblent n’avoir aucun lien entre eux, détachés de l’origine coloniale du conflit.

On a longtemps parlé de la « centralité » du conflit israélo-palestinien en raison de l’onde de choc qu’il propageait dans tout le monde arabe et dans nos sociétés occidentales. Est-il devenu marginal ? Oui. Mais en apparence seulement. À cela, plusieurs raisons. Il est ce que l’on appelle un conflit de basse intensité. La guerre civile en Syrie et aujourd’hui l’invasion russe en Ukraine occupent évidemment le devant de l’actualité. L’axe géopolitique de la conflictualité régionale s’est déplacé en Iran et en Arabie saoudite.

Il reste 89% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.