Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Droits à polluer : Un juteux commerce

L’Union européenne a largement abreuvé l’industrie lourde – sidérurgie, pétrochimie ou cimenterie – de quotas gratuits de CO2. Non seulement ces quotas ont permis aux entreprises de maintenir leurs bénéfices, mais elles en ont engrangés plus qu’elles n’en avaient besoin et ont donc pu revendre des excédents sur le florissant marché des quotas d’émission. Cette double aubaine représente un gain total de 50 milliards d’euros entre 2008 et 2019 pour l’industrie européenne, selon l’étude de Carbon Market Watch publiée le 7 juin. La « surallocation » de quotas gratuits a pris fin l’année dernière après onze ans de régalade, sur un épatant bilan de réduction des émissions de CO2 de 0,4 % pour les industries concernées. Que celles-ci se rassurent, des quotas gratuits seront toujours distribués jusqu’en 2030. Sauf volte-face de la Commission européenne.

Femmes : L’accusé Zemmour accuse… l’islam

« Le grand danger pour les femmes, c’est la présence d’une autre civilisation que la civilisation chrétienne sur notre sol, de la civilisation islamique, qui enferme les femmes et qui dans les quartiers les brutalise. » Ou quand Éric Zemmour, accusé d’agressions sexuelles par sept femmes, se pique tout à coup de défendre les femmes, lui, grand défenseur du patriarcat et du virilisme, pour qui le féminisme est l’origine de la déchéance de la France, pour qui la loi sur la parité n’a fait que « décentraliser le droit de cuissage politique, surchargeant les listes municipales et régionales d’épouses et de maîtresses ». Lui qui regrette les femmes « d’avant », celles qui avaient la haute dignité de taire leurs souffrances, et un monde où le pouvoir était uniquement masculin et ne se délitait pas dans les mains féminines… Bref, le grand danger pour les femmes, c’est surtout Éric Zemmour.

Inégalités : Qu’ils s’achètent une dignité !

Dans son dernier bilan, paru le 2 juin, l’Observatoire des inégalités n’a pas pu évaluer l’impact de la crise sanitaire, mais dresse un état des lieux alarmant : 5,3 millions d’individus vivent avec moins de 850 euros par mois, soit 500 000 de plus qu’en 2009. Entre 2002 et 2018, le taux de pauvreté des 18-29 ans a même progressé de 50 % ! Concernant l’emploi, le taux de chômage des ouvriers non qualifiés est cinq fois plus élevé que celui des cadres supérieurs. 60 % de ceux qui travaillent encore ont un travail pénible physiquement, soit dix fois plus que les cadres supérieurs. Ce qui pourrait expliquer qu’à 35 ans un ouvrier peut espérer vivre six années de moins qu’un cadre supérieur…

Est considérée comme riche toute personne qui gagne plus de 3 542 euros par mois. À eux seuls, les 10 % les plus fortunés possèdent 46,4 % du patrimoine des ménages. Alors, quand en mai dernier l’ancien ministre Luc Ferry verse sa petite larme sur sa retraite de 3 800 euros et qu’Emmanuel Macron, en plus d’avoir baissé les aides sociales, refuse de communiquer sa fiche de paie… on se dit que décidément la dignité, ça ne s’achète pas.

Proche-Orient : Israël a peur des blogueurs

À la chinoise, Israël s’en prend maintenant aux blogueurs. Deux frères palestiniens du quartier Cheikh-Jarrah ont été interpellés le 6 juin, et gardés à vue plusieurs heures. Très connus, ils mènent campagne en anglais et en arabe pour faire connaître sur les réseaux sociaux les menaces qui pèsent sur les familles menacées d’expulsion. Leur interpellation et celle d’une journaliste d’Al-Jazira ont donné lieu à des incidents à Jérusalem-Est, violemment réprimés. « Notre arme est la parole et la caméra, a affirmé le père des deux jeunes gens, Mohammed et Mona ont permis au monde entier de s’intéresser à notre cause. » Après le soulèvement d’avril, l’obsession des autorités israéliennes est de réduire au silence cette nouvelle génération de militants.

Justice : Clément Méric, tué par la haine

« Huit ans après, Clément vit dans nos luttes, combattons le fascisme », affichait la banderole derrière laquelle ont défilé 1 600 personnes le 5 juin à Paris, en mémoire de Clément Méric, tué par deux skinheads en 2013. La veille, Esteban Morillo et Samuel Dufour avaient été condamnés en appel par la cour d’assises d’Évry à huit et cinq ans de prison. « Un procès, c’est mieux que rien, mais ce n’est pas suffisant avec le climat de montée actuelle du fascisme, notamment dans l’enseignement supérieur, et les appels récents à des coups d’État lancés par des anciens militaires », a lancé une manifestante. À Évry, l’avocat général avait asséné que les accusés « ne sont pas jugés parce qu’ils sont ou ont été skinheads, mais qu’on le veuille ou non, dans l’enchaînement des faits, en toile de fond il y a un carburant inquiétant, celui du sectarisme, de l’ostracisme, de l’exclusion de celui qui ne pense pas comme nous », fustigeant une « idéologie toxique ».

Covid-party chez Didier Raoult

Au moins sept personnes ont été contaminées, entre mi-mars et début avril, au très médiatique Institut hospitalo-universitaire de Marseille, dont un technicien qui a fini en réanimation et un praticien hospitalier qui a passé plusieurs semaines sous oxygène (tous deux sous hydroxychloroquine), a rapporté L’Express, le 7 juin. Plusieurs employés de l’IHU et de l’AP-HM témoignent du « climat de peur » qui y règne, où le port du masque et la vaccination sont découragés pour ne pas déplaire au mandarin suprême, qui s’enferme depuis de longs mois dans ses erreurs. De fait, à défaut de lutter contre la pandémie, l’IHU est devenu un haut lieu de superspreading… des théories covido-sceptiques.

Les candidats gênants du RN

Après les auteurs de propos racistes, antisémites, ceux condamnés pour violences conjugales, le Rassemblement national vient de désinvestir Éric Dureux, candidat dans les Ardennes. Le parti vient de découvrir par la presse qu’il a été condamné le 13 mars 2017 pour « agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ans » et qu’il est inscrit au fichier des auteurs d’infractions sexuelles…

Wauquiez contre le réel

Le président de région Auvergne-Rhône-Alpes n’a pas hésité à foncer devant un lycée lyonnais pour dénoncer face aux caméras une « expédition punitive », menée par une bande de « voyous islamistes ». Du côté du lycée et de la préfecture, autre son de cloche : le commando était composé de deux personnes, s’étant présentées à l’accueil calmement. La piste d’un conflit de voisinage est privilégiée.

Massacre au Burkina Faso

C’est une barbarie sidérante qui a saigné le village de Solhan, une escalade sans précédent de la violence terroriste qui a estomaqué le pays. Vendredi 4 juin, de nuit, une colonne d’hommes a massacré quelque 160 personnes, dont une vingtaine d’enfants et brûlé plusieurs bâtiments, dont le marché. La méthode désigne clairement les jihadistes, très actifs dans cette région nord, frontalière avec le Mali et le Niger.

Soutien à Pécresse ou vacances ?

Pour voir la présidente d’Ile-de-France, le monde entier se presse à Brive. Littéralement. Pour suivre un meeting de son parti « Libres ! » fin 2019, plus de 1 500 participant·es se sont réuni·es à Brive-la-Gaillarde ; une bonne part viendrait d’associations franciliennes, révèle Mediapart. Se retrouvent pêle-mêle des groupes des diasporas serbe, cambodgienne ou encore berbère, venus par loyauté à celle qui les finance. Ou pour un tour gratuit en Corrèze.

L’abstention domine les partielles

Les candidats LREM, LR, PS et UDI favoris avant le second tour de quatre législatives partielles dans le Pas-de-Calais, l’Oise, à Paris et en Indre-et-Loire ont été élus dimanche dans un scrutin dominé par l’abstention. La participation était comprise entre 16,4 % et 24,3 %. Ce qui relativise la « victoire » de la ministre Brigitte Bourguignon, seule LREM à remporter une législative partielle depuis 2017.


Haut de page

Voir aussi

La peste Zemmour

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.