Vaccination : La menace du « plafond de verre »

Le rythme de la campagne vaccinale s'infléchit alors que le variant delta menace de devenir bientôt hégémonique.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Après deux mois sur les chapeaux de roue, la campagne vaccinale marque le pas depuis la mi-juin. Le 21 juin, le rythme est tombé à 240 000 injections par jour, contre 480 000 un mois plus tôt. C’est trop peu pour gagner la course contre le variant delta (dit « indien »), beaucoup plus contagieux et qui deviendrait majoritaire dès le mois d’août en Europe, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies. Les vaccins disponibles sont pourtant efficaces à plus de 90 % contre les formes graves du delta. À condition d’avoir eu deux doses, ce qui n’est le cas que pour 32 % des Français (50 % ont reçu au moins une dose). Une enquête menée par l’Inserm en novembre 2020 (publiée le 10 juin) sur 85 000 personnes donne un éclairage sur la résistance vaccinale en France. Selon les sociologues, qui distinguent « hésitation » et « refus » (beaucoup plus marginal), de fortes disparités existent en fonction du niveau d’études et de revenu : les populations les plus défavorisées sont à la fois les plus à risque et les plus éloignées de la vaccination. Les femmes, surtout jeunes, sont aussi plus réticentes. Un document issu de l’AP-HP, cité par Le Monde, pointe également un « gradient social » chez les personnels hospitaliers : 91 % des médecins ont reçu au moins une dose, contre 54 % des infirmier·es et aides-soignant·es.

Mais ces phénomènes ne sont pas seulement dus aux résistances. 20 % des plus de 80 ans, 10 % des septuagénaires et 25 % des sexagénaires ne sont toujours pas vaccinés. D’où la nécessité de réorienter la campagne vers les personnes les plus éloignées des centres de vaccination, de l’information et des outils numériques. Les experts insistent aussi pour mettre à profit l’accalmie actuelle, alors que la France entre de fait dans les standards du « zéro covid » (moins de 20 nouveaux cas par jour pour 100 000 habitants), pour mettre enfin en place une stratégie de tester-tracer-isoler efficace et se donner toutes les chances de maîtriser les résurgences.


Haut de page

Voir aussi

La peste Zemmour

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.