Dossier : Palestine : une guerre, trois fronts

« Une déshumanisation totale des Palestiniens »

L’analyste politique palestinienne Inès Abdel Razek décrit la situation en Cisjordanie et à Gaza, où les habitants éprouvent « colère et frustration ».

Depuis Jérusalem, où elle vit, Inès Abdel Razek, directrice du Palestine Institute for Public Diplomacy, organisation indépendante palestinienne de mobilisation internationale pour les droits des Palestiniens, installée à Ramallah, analyse leur situation d’isolement. Une situation qui les met à la merci de la représentation que font d’eux les gouvernements israélien et occidentaux. Sans rapport avec la réalité.

Quels changements avez-vous perçus au cours des dernières années en Cisjordanie et à Jérusalem, notamment depuis le mandat de Donald Trump ?

© Politis

Inès Abdel Razek : La normalisation internationale du régime israélien va de pair avec la consolidation de l’apartheid sur le terrain. Cela renforce la culture d’impunité d’Israël, qui se sent plus libre de commettre des exactions, avec l’assentiment international.

La violence n’est pas seulement celle de haute intensité que montrent parfois les médias internationaux lors de bombardements. Ce que les Israéliens appellent « calme » ne l’est jamais pour les Palestiniens et la violence ne s’arrête pas. Depuis le début de l’année, 140 Palestiniens ont été tués par l’armée en Cisjordanie et à Gaza.

Il reste 90% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Tirs de la BAC à Stains : la version policière démontée par une reconstitution en 3D

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.